16 août 2012
L’agriculture : un enjeu économique important pour la région
Par: Le Courrier
Réjean Bessette

Réjean Bessette

Le 4 septembre, les électeurs choisiront un gouvernement. Même si ce n’est pas durant une campagne électorale que l’on traite en profondeur des sujets préoccupants, il n’en demeure pas moins que l’agriculture mérite d’avoir une voix au chapitre.

publicité

Le 4 septembre, les électeurs choisiront un gouvernement. Même si ce n’est pas durant une campagne électorale que l’on traite en profondeur des sujets préoccupants, il n’en demeure pas moins que l’agriculture mérite d’avoir une voix au chapitre.

Nous aimerions que les candidats se mouillent, défendent leur vision personnelle et la position de leurs partis respectifs et surtout écoutent les préoccupations du monde agricole.Les citoyens sont en mesure de constater tous les jours la richesse et le dynamisme de l’agriculture de la région avec les nombreuses terres qui entourent les villes et les villages.L’agriculture fait face à des pressions considérables dans notre région où les municipalités veulent étendre leur noyau urbain et s’implanter en zone verte. Je dis souvent qu’une fois qu’une terre est transformée pour des développements résidentiels, commerciaux ou industriels, il n’y a jamais de retour en arrière.Dans un contexte où les terres deviennent parfois spéculatives pour des fonds d’investissement, le prochain gouvernement devra veiller à resserrer les lois sur la propriété des terres agricoles. Il devra faire en sorte que la relève puisse avoir l’opportunité de se lancer en agriculture avec une marge de manœuvre financière plus facile.Je pense honnêtement que les contribuables reconnaissent l’apport du milieu agricole d’ici pour leur assurer l’accès à des aliments sains. L’agriculture représente sans aucun doute une richesse collective de premier plan. Parallèlement, les producteurs et productrices doivent pouvoir compter sur des programmes de soutien, une politique agricole et alimentaire qui leur permet de vivre de leur métier et afin de profiter d’une stabilité financière.Vous savez, les gouvernements aident financièrement l’agriculture de différentes façons. En contrepartie, l’agriculture représente un formidable apport économique pour les municipalités et l’ensemble de la société. Les usines de transformation, les marchés d’alimentation et les marchés publics sont tous des joueurs importants du secteur bioalimentaire. L’agriculture d’ici leur permet d’avoir accès à des matières premières de haute qualité.Sur le territoire de la Fédération de l’UPA de Saint-Hyacinthe, il y a présentement 4 200 fermes réparties dans près de 90 municipalités. Il y a une vingtaine d’années, il y en avait beaucoup plus. Il serait important que le gouvernement reconnaisse cet état de fait et garantisse à ceux qui restent d’envisager l’avenir avec prospérité.

Réjean BessettePrésidentFédération de l’UPA de Saint-Hyacinthe

image