30 octobre 2014
Lutte à la pauvreté et l’exclusion
L’Alliance alloue 350 400 $ à cinq projets
Par: Benoit Lapierre
Annick Corbeil, présidente de la CDC des Maskoutains, Francine Morin, préfet de la MRC, Michel Picotte, président de la CRÉ Montérégie Est et Maryse Hébert, directrice de programmes au CSSS Richelieu-Yamaska, ont pris part au dévoilement des retenus par l’Alliance.  Photo Martin Grenier | Le Courrier ©

Annick Corbeil, présidente de la CDC des Maskoutains, Francine Morin, préfet de la MRC, Michel Picotte, président de la CRÉ Montérégie Est et Maryse Hébert, directrice de programmes au CSSS Richelieu-Yamaska, ont pris part au dévoilement des retenus par l’Alliance. Photo Martin Grenier | Le Courrier ©

Cinq projets de soutien aux milieux défavorisés se partageront la quasi-totalité de l’enveloppe de 393 000 $ qui a été allouée à la MRC des Maskoutains dans le cadre de la mise en oeuvre du plan d’action gouvernemental de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale.

Publicité
Activer le son

Une somme totale de 350 400 $ a finalement été distribuée par l’Alliance supralocale pour la solidarité, laquelle avait été chargée il y a un an d’identifier les initiatives qui recevraient l’appui financier de la Conférence régionale des élus de la Montérégie Est (CRÉ), mandataire du gouvernement dans l’application du plan.

Formée de représentants de la MRC, du CSSS Richelieu-Yamaska et de la Corporation de développement communautaire des Maskoutains (CDC), l’Alliance a dévoilé tout récemment, en conférence de presse, la liste des propositions retenues. Selon l’Alliance, l’ensemble de ces projets générera des investissements de plus de 490 000 $.

« Quelle chance pour moi d’être aujourd’hui la messagère d’autant de bonnes nouvelles! », s’est exclamée Maryse Hébert, directrice de programmes au CSSS Richelieu-Yamaska, après avoir nommé et décrit les cinq projets qui seront subventionnés.

Deux d’entre eux émanent de la Moisson Maskoutaine. La banque alimentaire a d’abord obtenu 89 598 $ pour son projet « une cuisine saine et équilibrée », qui consiste à intégrer un volet éducatif à ses cuisines collectives existantes. Une aide additionnelle de 55 564 $ lui a été consentie pour le développement d’un langage commun en matière d’intervention auprès des personnes en situation de pauvreté.

Dans le domaine du logement, une somme de 58 200 $ a été allouée à un regroupement d’acteurs locaux qui pilotera le projet « Logemen’mêle », en collaboration avec le Collectif de défense des droits de la Montérégie. Le projet consiste à accompagner des locataires dans la protection de leurs droits et à leur transmettre de l’information sur les recours possibles. Dans la même veine, une subvention de 61 936 $ a été versée à Contact Richelieu-Yamaska pour son projet « vers le logement », qui vise à offrir, à une clientèle vulnérable, du soutien psychosocial en matière d’autonomie et de maintien en logement.

Enfin, le Centre de la petite enfance maFAMIgarde a obtenu un montant de 85 000 $ pour la mise sur pied de son centre de pédiatrie sociale en communauté, le projet Grand Galop du centre-ville de Saint-Hyacinthe. Ce service viendra en aide aux enfants et aux familles de milieux défavorisés.

L’Alliance signale qu’un montant excédentaire de 42 660 $ demeure disponible pour un projet concerté qui lui serait présenté d’ici le 28 novembre. Les groupes intéressés peuvent contacter Marcel Gélinas, organisateur communautaire au CSSS Richelieu-Yamaska, au 450 778-2572, poste 6033.

image