10 octobre 2019
L’ambitieuse production de Véronic DiCaire
Par: Maxime Prévost Durand

Véronic DiCaire en met plein la vue avec son plus récent spectacle, doté d’une production grandiose. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Véronic DiCaire est de passage en ville depuis mardi avec sa plus récente tournée, sa plus ambitieuse en carrière, dotée d’une production comme on en voit rarement dans la région. Pour l’occasion, elle s’est installée au Centre des arts Juliette-Lassonde pour une série de trois spectacles présentés à guichets fermés, dont la dernière représentation a lieu ce soir.

Publicité
Activer le son

Avec cinq écrans géants, six danseurs et quatre musiciens sur scène, l’imitatrice s’est fait un devoir d’en mettre plein la vue aux spectateurs. Tout ça en plus de leur en mettre, bien entendu, plein les oreilles dans un feu roulant de 90 minutes, sans entracte.

« C’est mon troisième spectacle d’imitations et je voulais vraiment aller dans la générosité et le don de soi », a raconté la chanteuse aux mille et une voix, dans un entretien avec LE COURRIER après la première des trois représentations en sol maskoutain.

Tout au long de ce spectacle, Véronic DiCaire enchaîne ses numéros sous la forme de tableaux, tantôt ponctués d’interventions qui font sourire, tantôt carrément physiques avec des medleys endiablés en compagnie de ses danseurs.

« Je trouvais important de changer les ambiances au fil du spectacle, pour déstabiliser les gens, mais aussi pour les transporter dans différentes émotions. Je voulais que mon spectacle soit comme une montagne russe. »

Au-delà de la simple imitation, Véronic DiCaire incarne les artistes qu’elle interprète, que ce soit dans la gestuelle, l’expression faciale ou encore l’ambiance visuelle.

Question de se réinventer, l’artiste a par ailleurs intégré plusieurs nouvelles voix à son répertoire, comme Charlotte Cardin, Safia Nolin et même Hubert Lenoir. Pour ce spectacle, elle navigue autant entre la musique actuelle, particulièrement lors des segments plus rythmés, et les chansons rétro, dans un tableau dédié à l’émission Jeunesse d’aujourd’hui.

L’éventail est large et c’est voulu. « Même si tu ne connais pas Jeunesse d’aujourd’hui, je vais te pogner quelque part d’autre à un moment donné », a-t-elle assuré en riant.

Ses imitations les plus populaires, comme Céline Dion et Ginette Reno, gardent aussi leur place, mais sont présentées d’une nouvelle manière.

« Ce serait facile de faire du réchauffer, mais je n’avais pas envie de ça. C’est à ce niveau que je me suis mise en danger pour ce spectacle, a soutenu Véronic DiCaire. C’était de me forcer à trouver des concepts nouveaux et d’amener d’une manière différente des voix qui étaient déjà là auparavant. Je ne voulais pas faire encore le Titanic avec Céline ou Un peu plus haut, un peu plus loin avec Ginette Reno. »

De son propre aveu, ce spectacle est le plus abouti qu’elle ait proposé dans sa carrière d’imitatrice. « Pour ce show-là, on a eu le temps de le créer, de s’asseoir et de trouver ce qu’on voulait faire. Ça représente toutes les idées que j’avais en tête », a-t-elle affirmé.

Le succès du spectacle est tel que la tournée, entamée en début d’année, se poursuivra au moins jusqu’à la fin de 2020, tant au Québec qu’en Europe. Deux supplémentaires à Saint-Hyacinthe, les 15 et 16 octobre 2020, ont d’ailleurs été annoncées mercredi par le Centre des arts Juliette-Lassonde.

image