7 août 2014
Jaguar F type coupé
L’amour, toujours l’amour
Par: Marc Bouchard
Photo Jaguar

Photo Jaguar

La vie d’un chroniqueur automobile est remplie de rebondissements en tout genre. Du nombre, bien sûr, la chance de conduire quelques-unes des plus belles voitures du monde. Un plaisir que je partage avec ma famille, mais que bon nombre de voisins et d’amis connaissent aussi, eux qui sont souvent avec moi lors de mes essais les plus marquants.

Cette fois, lors de mon essai de la Jaguar F-Type coupé, j’ai eu l’impression de partager mon essai avec la ville tout entière. Parce que, alors que j’effectuais quelques travaux le long de la maison, j’ai dû stationner la voiture le long du trottoir. Résultat : en moins de 90 minutes, j’ai compté 14 amateurs qui ont soit carrément stoppé pour la regarder, soit à tout le moins fortement ralenti pour l’identifier.

Car, il faut l’avouer, la Jaguar F-Type est saisissante, rien de moins. Sa silhouette reprend bien entendu les grandes lignes de la version cabriolet, déjà un des véhicules les plus sexys de la planète. Mais il ajoute un toit tellement bien défini qu’il vient créer un nouvel attrait; même si j’adore rouler cheveux au vent dans un cabriolet, je l’admets sans gêne, je suis totalement en amour avec la silhouette de la version Coupé.

J’ai même pu m’en convaincre en personne alors qu’un ami, propriétaire de la version cabriolet, a fait un petit arrêt chez moi, me permettant de comparer les deux côte à côte. Et bien que j’ai été jaloux de sa motorisation (sa version abrite le moteur V8 le plus puissant, la mienne le V6 de milieu de gamme) et du fait qu’il en soit propriétaire, je confirme avoir eu un faible pour le coupé. Petite note d’information, le V8 du coupé est 55 chevaux plus puissant que celui du cabriolet, atteignant 550 chevaux, histoire de narguer un peu mon ami proprio de Jaguar!

Sous le capot de ma voiture d’essai, un V6 3,0 litres suralimenté qui développe tout de même quelque 380 chevaux, ce qui est plus qu’assez pour profiter du bonheur de conduite. Les puristes de voitures sportives le trouveront peut-être un peu moins agressif que ses rivaux américains ou allemands, mais rappelons-nous que nous parlons de Jaguar ici, une voiture dont la personnalité sportive est indispensable, mais pas au détriment du charme et du confort britannique. Bref, le coupé propose le meilleur des deux mondes.

La moindre pression sur l’accélérateur déclenche une sonorité agréable, et qui redouble de plaisir dès que l’on enclenche le mode le plus sportif.

Mais c’est en matière de tenue de route que la F-type impressionne, rien de moins. Son châssis en aluminium procure une rigidité hors du commun, et ses suspensions calibrées au moindre détail près, garantissent la stabilité, maîtrisant le transfert de poids avec une étonnante facilité. Bien sûr, cela ne va pas sans un certain compromis sur le confort, qui nous fait parfois ressentir avec trop d’insistance les hasards de la route, mais qu’est-ce qu’on n’endurerait pas pour l’amour du Jaguar?

Petit détail non négligeable, la Jaguar F-type possède un système de freinage d’une efficacité chirurgicale, peu importe la nature de la sollicitation sur la pédale. Et la direction agit avec la même aisance, rendant le moindre changement instantané et presque transparent.

Dans l’habitacle, Jaguar a compris depuis quelques années et a relégué ses finitions aristocratiques à ses autres modèles. Les nouveaux intérieurs sont modernes, composés de matériaux haut de gamme, et dotés d’une ergonomie qui ne nécessite pas un doctorat en ingénierie pour manipuler le système d’infodivertissement.

Bien sûr, on aime ou pas la console centrale un peu massive, mais j’admets avoir été charmé par l’ensemble. Charmé aussi par le confort des sièges, véritables pièces d’anthologie qui offrent support et confort même aux gens un peu plus enrobés comme moi.

Des défauts, cette Jaguar? Pas vraiment en fait. Bien sûr, elle ne reçoit qu’un espace de chargement limité (quoique je me suis surpris à transporter de plus grandes pièces que je ne le croyais). Son prix, bien que dispendieux (87 000 $ environ pour notre modèle d’essai), est en fait assez raisonnable compte tenu de ses capacités et du fait qu’il s’agisse d’une Jaguar.

Réglons cependant une chose : j’aime la Jaguar F-Type, sous toutes ses coutures. Peut-être, si je séjournais avec elle de longs mois, je lui trouverais plus à redire. Mais pour le moment, j’en suis encore aux balbutiements de l’amour. Rassurez-vous d’ailleurs, Chérie n’est pas jalouse; elle est elle-même follement éprise du Coupé sport. Ne reste plus qu’à convaincre mon fils qu’il devra désormais se débrouiller seul pour ses déplacements. Après tout, c’est seulement une deux places…

Fiche techniqueForces :– Design exceptionnel– Rigidité du châssis– Moteur soupleFaiblesses :– Espace de chargement– Suspensions rigides pour le confort– Coût des optionsFiche technique :Moteur : V6 3.0 L suralimenté Puissance (ch@tr/min) : 380 @ 6500Couple (lb.pi@tr/min) : 339 @ 3500Roues motrices : ArrièreTransmission : Automatique à 8 rapportsFreins : Disques avant/disques arrièrePrix : 87 043 $

image