16 juin 2016
Lancement de la campagne de financement de la Fondation du diocèse de Saint-Hyacinthe
Par: Le Courrier
Sur la photo on aperçoit, de gauche à droite, Denis Charpentier, Martha Ramirez et sa fille Amanda, M. l’abbé Pierre Cordeau, Mgr François Lapierre, Normand Laurin, Pierrette Guérin Lussier, Philippe Moreau, du bureau de la députée Sansoucy, et Jacques Brodeur.

Sur la photo on aperçoit, de gauche à droite, Denis Charpentier, Martha Ramirez et sa fille Amanda, M. l’abbé Pierre Cordeau, Mgr François Lapierre, Normand Laurin, Pierrette Guérin Lussier, Philippe Moreau, du bureau de la députée Sansoucy, et Jacques Brodeur.

La campagne de financement 2016 de la Fondation du Diocèse de Saint-Hyacinthe est en cours.

L’Église a aujourd’hui de nouvelles couleurs, elle agit dans le monde et elle est présente pour vivre avec les réalités de la société. Pas seulement pour cultiver de belles valeurs, mais aussi pour encourager la participation et l’engagement. C’est ensemble que nous formons un tout! avec plus de 1200 travailleurs saisonniers présents chez nous chaque année et sans parler des familles syriennes accueillies dernièrement.

Pourquoi cette campagne annuelle? D’abord, il est important de dire que cette campagne n’existe pas pour réparer les toits ou les perrons de nos églises même si plusieurs bâtisses en ont grand besoin. Même si notre Église compte de nombreux bénévoles, tout ne peut pas être gratuit. Nous avons des services diocésains à soutenir, la formation des catéchètes, l’accompagnement des groupes de jeunes, des familles, des personnes âgées, des malades, des immigrants, des travailleurs saisonniers.

Tout cela exige des salaires qui ne sont pas très élevés, mais comme le dit saint Paul, tout ouvrier a droit à son salaire. C’est ici que notre fondation joue son rôle. Sans elle, nous serions dans la situation de plusieurs diocèses qui font face à d’importants déficits et sont alors obligés de couper dans leurs services.

De plus, un nouveau phénomène apparaît. Des paroisses rencontrent des difficultés financières. Que faire alors? Fermer ces paroisses qui sont souvent isolées? Cela nous apparaît impossible quand il s’agit de villages où l’église demeure le seul édifice communautaire. Nous ne pouvons laisser tomber ces communautés plus démunies.

Pour toutes ces raisons, la Fondation de notre diocèse devient de plus en plus pertinente, elle permet d’aider ces communautés à aller de l’avant, elle permet à notre Église d’être plus vivante.

Cette année encore, nous voulons remercier d’une façon spéciale Pierrette Guérin Lussier d’avoir accepté la présidence d’honneur de la campagne 2016. Notre présidente a pris très à coeur son engagement dans cette campagne, son dynamisme nous assure déjà que nous atteindrons encore une fois notre objectif de 300 000 $. 

image