3 octobre 2019
Urgence de l’hôpital Honoré-Mercier
Lancement d’un projet de 69 M$
Par: Benoît Lapierre

Le lancement des travaux de la nouvelle urgence de l’hôpital Honoré-Mercier est maintenant chose faite. Nous voyons ici Cathy Martel, directrice de projet à la SQI, Dr Jocelyn Dodaro, urgentologue, Chantal Soucy, députée de Saint-Hyacinthe, Louise Potvin, PDG du CISSS de la Montérégie-Est, Éric Poudrier, directeur des services techniques de l’hôpital Honoré-Mercier, et Éric Tremblay, directeur des soins critiques. Photo François Larivière | Le Courrier©

C’est sur un site tout clôturé et devant une pelle mécanique prête à entrer en action qu’ont été lancés les travaux d’agrandissement de l’urgence de l’hôpital Honoré-Mercier, un projet qui va maintenant se concrétiser au terme de 10 années d’efforts soutenus de la part de ses plus farouches défenseurs.

publicité

Son coût global s’élève maintenant à 69,1 M$, a annoncé vendredi la députée de Saint-Hyacinthe à l’Assemblée nationale, Chantal Soucy, en procédant à la première pelletée de terre sur le chantier de la rue Gauthier au nom de la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann.

« Je suis fière de prendre part au coup d’envoi de ces travaux très importants, tant pour les usagers de la communauté que pour le personnel de l’hôpital Honoré-Mercier. Notre région est en pleine croissance démographique et il est nécessaire de mettre en place des moyens efficaces de pallier les effets négatifs de cette situation, tout particulièrement du côté des services d’urgence. Je suivrai l’évolution des travaux avec grand intérêt », a-t-elle déclaré en s’adressant d’abord aux invités à l’auditorium de l’hôpital.

La députée Soucy a tenu à saluer les deux urgentologues qui ont fait preuve d’une grande ténacité dans ce dossier, Dr Robert Patenaude et Dr Jocelyn Dodaro. « Sans eux, nous ne serions pas ici aujourd’hui pour cette première pelletée de terre. »

La présidente et directrice générale du CISSS de la Montérégie-Est, Louise Potvin, a indiqué quant à elle que ces travaux allaient permettre de répondre à de grands besoins dans un hôpital où le nombre de visites à l’urgence est passé de 35 000 en 2009-2010 à 45 000 en 2018-2019. « C’est un projet qui a été planifié avec beaucoup de compétence, c’est un projet visionnaire des années 2020-2030. Ce sera un coup de barre exceptionnel pour la fonctionnalité de l’hôpital », a-t-elle ajouté.

Jusqu’en 2022

Les travaux d’agrandissement seront réalisés pas l’entrepreneur général Pomerleau, de Lévis, à qui la Société québécoise des infrastructures (SQI) a octroyé un contrat de 42,4 M$ à la fin-juillet. En ajoutant des contrats totalisant 2,88 M$ pour les services professionnels, les sommes engagées atteignaient alors 45,3 M$, sur un projet dont le coût avait été évalué à 47,3 M$ en décembre 2018. L’annonce du 27 septembre indique donc un dépassement de ces prévisions de 21,8 M$.

Le porte-parole de la SQI, Martin Roy, a confirmé qu’il y avait eu un rehaussement budgétaire avant le lancement des travaux en raison de divers facteurs comme la rareté de la main-d’œuvre et que, d’autre part, l’enveloppe annoncée couvrait vraiment toutes les dépenses, dont celles liées au mobilier, à la gestion du projet, aux expertises en laboratoire ou encore à la mise en service du nouveau bâtiment. « Et les frais de financement sont inclus », a-t-il précisé.

La directrice de projet à la SQI, Cathy Martel, a expliqué que les travaux allaient se réaliser en deux phases, la première étant la construction du nouveau bâtiment de l’urgence proprement dit, soit un agrandissement de 6516 m2 sur deux niveaux. « Nous allons d’abord livrer l’urgence à l’automne 2021, puis ce sera le réaménagement de l’espace existant au printemps 2022. Les usagers de l’hôpital ne seront pas affectés par les travaux », a-t-elle souligné.

Couvrant 1345 m2, l’espace réaménagé accueillera l’unité de médecine de jour, l’aire clinico-administrative et les aires de soutien.

Quant au nouveau bâtiment, il sera érigé dans le prolongement de l’urgence actuelle, côté nord, ce qui y éliminera quelque 125 cases de stationnement au lieu de 75, tel qu’annoncé précédemment. Mais il est prévu que l’hôpital retrouve, après les travaux, autant d’espaces de stationnement qu’il en possédait avant. Les cases disparues doivent être principalement recréées le long de la rue Gauthier, à même l’aire gazonnée.

Le principal changement engendré par le chantier concerne l’accès à l’urgence, lequel sera déplacé du côté de l’avenue Beauparlant d’ici quelques semaines. Cela vaudra aussi pour les ambulances, qui pourront continuer de se rendre dans le garage existant, mais en passant par une bretelle d’accès temporaire. À la fin des travaux, l’entrée de l’urgence retrouvera son ancien emplacement à quelques détails près, mais le service sera alors doté de quatre nouveaux espaces intérieurs pour les ambulances. Notons que, sur le plan structural, la nouvelle salle d’urgence possédera la capacité de recevoir un troisième étage, si un tel ajout s’avérait nécessaire un jour.

image