9 mai 2019
Championnat canadien de boxe amateur
L’argent pour Samuel Lajoie et Caroline Letellier
Par: Maxime Prévost Durand

Caroline Letellier et Samuel Lajoie ont mis la main sur leur première médaille nationale lors du championnat canadien disputé en Colombie-Britannique à la fin avril. Photo François Larivière | Le Courrier ©

John Nduwamahoro (en bleu) a réussi à signer une victoire avant de s’incliner face à l’éventuel champion. Photo Boxing Canada

La boxe maskoutaine était particulièrement bien représentée cette année au championnat canadien de boxe amateur, disputé à Victoria, avec la présence de trois athlètes de la région, dont deux dans la même catégorie. Parmi ceux-ci, Samuel Lajoie et Caroline Letellier, de l’école de boxe Les Apprentis Champions, sont revenus avec une médaille d’argent, leur première remportée sur la scène nationale.

publicité

Âgé de 24 ans, Samuel a remporté trois combats avant de s’incliner par décision unanime en finale de la classe des 64 kg élite face à l’expérimenté Thomas Blumenfeld, un médaillé d’argent des Jeux du Commonwealth qui compte plus de 200 combats à son actif. Plus tôt dans le tournoi, Blumenfeld avait réservé le même sort à l’autre représentant maskoutain, John Nduwamahoro, du Club de boxe de Saint-Hyacinthe.

De son côté, Caroline, 15 ans, a entamé la compétition avec une victoire par décision partagée, mais s’est inclinée en finale des 63 kg juvénile devant une adversaire redoutable : l’Ontarienne Laina Stewart.

Fierté

Lorsque rencontré par LE COURRIER à son retour de Victoria, Samuel affichait une grande fierté en retraçant son parcours du championnat canadien. Avec deux victoires par arrêt de l’arbitre à ses trois premiers combats, il a fait son chemin jusqu’à la finale par la grande porte.

« J’ai 112 combats à ma fiche, mais c’était la première fois que je faisais quatre combats en cinq jours comme ça », a-t-il fait remarquer.

Une blessure à la tête subie à son troisième combat à la suite d’un coup de tête de son adversaire – et qui a nécessité plusieurs points de suture – est toutefois venue l’incommoder en finale.

« Dès le premier coup que j’ai reçu sur la blessure, j’ai perdu un peu ma concentration, a-t-il avoué, mais j’ai quand même tout donné et il ne manquait pas grand-chose entre la victoire et la défaite. »

Fait pour le moins rarissime, trois de ses adversaires étaient gauchers et l’autre était ambidextre (!).

Dans son cas, il pourrait s’agir de sa dernière compétition chez les amateurs puisqu’il projette un passage chez les professionnels à court terme.

L’éclosion

De son côté, Caroline a vécu une véritable éclosion au cours de la dernière saison, la menant jusqu’à cette première expérience sur la scène canadienne.

« Je suis vraiment contente, c’était une super belle expérience. Je ne pouvais pas demander mieux, a commenté la jeune athlète. Je me souviens que, l’an dernier, je rêvais au championnat canadien et je me disais que ça arriverait sûrement dans longtemps, mais finalement c’était maintenant! »

Qualifiée d’office chez les 60 kg grâce à sa 2e place au Défi des champions plus tôt cette année, Caroline s’est finalement battue chez les 63 kg au championnat canadien. Une décision qu’elle et son entraîneur, Steve Choquette, ne regrettent pas.

« J’ai eu l’occasion de me donner à fond et de tester ce que j’étais capable de faire », a soutenu la Maskoutaine.

Après avoir laissé beaucoup d’énergie dans un premier combat ardu, où elle a malgré tout réussi à ébranler son adversaire au 3e round, elle a dû s’avouer vaincue en finale, où un défi de taille l’attendait. « J’ai eu beaucoup de plaisir, même si j’ai mangé quelques coups de poing », dit-elle malgré tout de ce dernier combat.

De l’expérience

Pour John, c’est une bonne dose d’expérience qu’il a prise à ce championnat canadien, lui qui ne compte que 29 combats à son actif. Catapulté sur la scène nationale grâce à son triomphe au Défi des champions, dans une finale qui l’opposait justement à Samuel Lajoie, le boxeur de 23 ans se réjouit de l’opposition qu’il a donnée à ses adversaires à Victoria.

« Je trouve que je suis bien parti. J’ai peu d’expérience et j’arrive déjà à donner une opposition contre des gens beaucoup plus expérimentés, souligne-t-il. J’ai passé ma plus belle semaine dans la boxe jusqu’ici. Je vois que j’ai une bonne capacité à aller loin et qu’avec les efforts, j’ai ce qu’il faut pour faire partie de l’élite. »

John a d’ailleurs connu un début fracassant au championnat canadien avec une victoire par arrêt de l’arbitre au 3e round face à Glenn Forde, de la Colombie-Britannique.

Un défi de taille du nom de Thomas Blumenfeld l’attendait toutefois au second tour. Malgré tout, il a livré une fière bataille à l’éventuel champion. « Je lui ai donné le combat le plus difficile de son tournoi. J’ai une bonne force de frappe et, au 2e round, j’ai réussi à l’ébranler, mais il a pris ses distances par la suite et il a réussi à placer ses coups. »

S’il a pratiqué la boxe de façon intermittente au fil des années avant de s’entraîner plus sérieusement dans les derniers mois, ses plus récentes expériences de compétition le poussent à poursuivre sur sa lancée. On pourra d’ailleurs le voir en action au Centre multisports C.-A.-Gauvin le 24 mai alors qu’il sera en tête d’affiche d’un gala amateur organisé par le Club de boxe de Saint-Hyacinthe.

image