26 novembre 2015
Laroche Service renaît de ses cendres
Par: Le Courrier
Les travaux de reconstruction du commerce Laroche Service ont débuté. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Les travaux de reconstruction du commerce Laroche Service ont débuté. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Victimes d’un incendie qui a réduit en cendres le commerce Laroche Service le 16 mai 2014, Éric Laroche et Nathalie Gonneville sont heureux d’annoncer la reconstruction du bâtiment qui ­remplacera celui qui a été détruit.

Publicité
Activer le son

« Il était primordial pour nous de conserver l’adresse de notre commerce au centre-ville sur le terrain qui a appartenu à mon père et où mon arrière-grand-père a tenu une boucherie en 1929 », a exprimé Éric Laroche.

Le bâtiment qui sera reconstruit à la même adresse, soit le 405, avenue de la Concorde Nord, a suivi le processus ­d’approbation architectural via le comité consultatif d’urbanisme. « Le bâtiment conservera le cachet du style boomtown avec quatre façades de briques rouges et une section de pierre grise pour délimiter la section commerciale au rez-de-­chaussée. Nous avons accordés une ­attention particulière à la sécurité des deux appartements aux étages en ­éliminant tous les escaliers extérieurs et en donnant un accès privé à chaque ­logement à partir du sol », a expliqué Mme Gonneville.

Des délais imprévus

Les propriétaires maskoutains avaient manifesté, dès le lendemain du drame qui a touché leur commerce, la volonté de rebâtir le bâtiment de la rue Concorde Nord.

« Nous voulions rebâtir rapidement, mais nous nous sommes rendus compte de la complexité d’une démarche de ­reconstruction », de dire Mme ­Gonneville. « En plus de toutes les ­déclarations d’assurances, nous avonsdû composer avec les limites de la ­réglementation municipale, du comité consultatif d’urbanisme, de celles des normes de construction et de celles ­imposées par l’assureur, un joli casse-tête », a renchéri M. Laroche. « Une fois prêt à partir en appel d’offre, Hydro-Québec s’en est mêlé et on à dû recommencer au début », a complété Mme Gonneville.

Les propriétaires ont tout fait pour que le projet maximise l’implication des ­acteurs locaux. L’étape des plans et devis a été réalisé par Frédéric St-Jean pour le volet de la conception, par René ­Guilmaine pour le volet de la structure et complété par la firme Julie Dagenais ­Architecte pour les plans de construction. Le contrat de construction, quant à lui, a été octroyé à Construction Chobin.

Les Maskoutains pourront découvrir les ­nouveaux locaux de Laroche Service au printemps 2016, soit un peu moins de deux ans après les évènements ­malheureux.

image