17 septembre 2015
L’art immersif d’Organ Mood
Par: Alice De guise
Organ Mood sera au Zaricot le 26 septembre. Photo Léolo ©

Organ Mood sera au Zaricot le 26 septembre. Photo Léolo ©

Organ Mood convie les Maskoutains à une expérience immersive dans un univers où la musique et les arts visuels s’entremêlent. Le duo se produira sur la scène du Zaricot dans le cadre du Festival Agrirock.

publicité

C’est l’envie d’explorer d’autres possibilités qui a uni ces deux artistes. Organ Mood c’est Christophe Lamarche, musicien et DJ, ainsi que Mathieu Jacques, artiste ­visuel, qui font équipe pour créer autrement. L’un crée la musique et l’autre y juxtapose des images. La performance est une forme d’expression intrinsèque à ce qu’ils font. « Notre but est de créer des ambiances et de faire interagir les spectateurs dans celles-ci. Christophe compose sa musique en direct et moi je projette mes oeuvres, mes images à l’aide d’un ­rétroprojecteur. Nous avons aussi, depuis peu, une éclairagiste professionnelle qui se joint à nous lors de nos performances », explique Mathieu Jacques.

Le nom Organ Mood vient de la rencontre fortuite entre Christophe et un orgue ­rétro en 2008. Il est tombé en amour avec le son que produisait l’instrument et ­depuis, l’orgue est pratiquement un membre à part entière du groupe. « Le nom du groupe est aussi un hommage aux anciennes compilations de musique d’orgue qu’on retrouvait à l’époque. C’est d’ailleurs pour cette raison que le nom est anglais, mais que le titre de nos chansons est en français. Le nom du groupe est ­directement lié à cette référence », ­précise-t-il.

Le duo a lancé son 2e album « Comme si nous étions déjà libres » en juin. Chose surprenante, l’album est sorti en vinyle, certes, mais également accompagné d’un livre de 32 pages composé des oeuvres de Mathieu. « On voulait trouver un moyen pour que les gens rapportent leur expérience, la performance avec eux. C’est à travers le livre qu’on a trouvé la solution. L’album a été conçu pour que la musique soit en correspondance avec les images du livre. De cette façon, l’auditeur peut revivre l’expérience dans n’importe quel lieu. Puisque nos chansons n’ont pas de paroles, ce livre est un complément très intéressant pour eux », souligne l’artiste avec enthousiasme.

Le titre « Comme si nous étions déjà libres » est issu d’un essai, portant le même nom, écrit par David Graeber. « C’est un livre que Mathieu et moi avons beaucoup apprécié. Le sujet est, entre autres, sur les Indignados et Occupy Wall Street. Il nous arrive souvent de nous ­imaginer des situations utopiques ou ­encore de penser à la réalisation de grands projets. Ce type de réflexion fait partie intégrante de l’univers d’Organ Mood. On trouvait le titre du livre totalement approprié à ce nouvel album. Nous avons, bien sûr, demandé la permission à M. Graeber », dit-il en riant.

C’est donc dans une ambiance festive et avec le désir d’interagir avec les gens qu’Organ Mood sera présent sur la scène du Zaricot le 26 septembre à 20 h.

image