14 mars 2013
L’avenir des Gaulois assuré
Par: Maxime Prévost Durand
Rien ne changera dans la structure actuelle des Gaulois mis à part qu'elle deviendra une entité autonome.

Rien ne changera dans la structure actuelle des Gaulois mis à part qu'elle deviendra une entité autonome.

L’équipe de hockey midget AAA et toute la structure actuelle des Gaulois du Collège Antoine-Girouard resteront bien en place l’an prochain malgré la transition entre les mains de la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe (CSSH).

Publicité
Activer le son

C’est ce qu’a assuré le président des Gaulois, le Maskoutain Jean Bédard. « Il y a plus de 15 ans que les Gaulois existent, ils ont fait beaucoup de millage déjà et on veut continuer. Ce qui changera, c’est que les Gaulois seront dorénavant une entité autonome. On souhaite garder les mêmes entraîneurs et les mêmes enseignants qui encadrent si bien nos jeunes et qui font l’envie de tous. »

M. Bédard voit d’un bon oeil cette transition vers une structure autonome et croit que le programme pourra du même coup être amélioré. Une équipe pee-wee devrait d’ailleurs s’ajouter à la structure des Gaulois dès l’an prochain.Cette transition aura très certainement des coûts convient le président des Gaulois. « Nous n’avons pas évalué encore à quelle hauteur s’élèveront ces coûts. Il est fort probable que nous demandions de l’aide à la Fondation du Collège Antoine-Girouard afin de faire le pont entre les deux mondes. »Les nouveaux chandails des Gaulois en vue de la prochaine saison étaient déjà en processus de fabrication avant que la nouvelle de la fermeture du CAG et de sa reprise par la CSSH ne tombe. « On a dû tout arrêter. » Les détails concernant le nom complet de l’équipe ne sont pas encore fixés. M. Bédard estime toutefois qu’il serait plausible que l’équipe porte simplement le nom « les Gaulois de Saint-Hyacinthe ». Bien que plusieurs joueurs proviennent des régions de Beloeil et Sorel, appartenant à des commissions scolaires autres que celle de Saint-Hyacinthe, il ne devrait pas y avoir de problèmes à ce que ceux-ci puissent poursuivre leur cheminement avec les Gaulois puisque le programme sera présenté sous forme de sport-études.Certaines rumeurs voulaient que les Gaulois partent vers une autre ville, mais Jean Bédard assure que Saint-Hyacinthe a toujours été l’option pour la poursuite du programme. « La Commission scolaire de Saint-Hyacinthe est très présente au niveau du sport étudiant. Il est tout naturel de rester ici, ce n’était pas nécessaire de regarder ailleurs. »Ce qui est souhaité pour le moment par les Gaulois est la stabilité et le regroupement des joueurs dans un même pavillon. « On souhaite avoir une entente avec la CSSH afin de garder le programme où il est déjà. Ce point fait partie des enjeux à être discutés prochainement. Une chose est certaine, on veut que tous nos joueurs étudient au même endroit plutôt que d’être éparpillés dans les écoles secondaires de la CSSH. »Parmi les autres enjeux à être discutés, il est question de savoir si l’option hockey pourra elle aussi poursuivre ses activités en plus de la structure des Gaulois en sport-études.

Réaction d’un ancien

À titre d’étudiant gradué en 1980 à l’École du Séminaire de Saint-Hyacinthe, c’est avec des sentiments partagés que Jean Bédard a pris la nouvelle de la fermeture du Collège Antoine-Girouard.

« Au départ, j’ai cru à la catastrophe, mais le fait de savoir que la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe a une sérieuse volonté de poursuivre les activités scolaires et sportives me rassure. Le défi est de s’assurer de continuer de faire vivre ces murs et poursuivre la réputation du sport-études qui est l’un des modèles au Québec. »Celui qui est également président du Groupe Sportscene n’a pas voulu se mouiller lorsque questionné à savoir si l’Oeuvre du Collège Antoine-Girouard aurait pu en faire davantage pour sauver le Collège. « Je n’ai pas été impliqué vraiment dans le dossier, je ne connais pas tous les détails alors il est difficile de me prononcer à ce sujet. Je suis convaincu qu’ils ne voulaient pas que le Collège ferme ses portes. »La plus belle façon de tourner la page sur les quelque 201 ans d’histoire du Collège Antoine-Girouard serait pour lui de voir ses Gaulois midget AAA mettre la main sur la Coupe Telus alors qu’ils sont toujours sous l’enseigne du CAG. « Ce serait une belle façon de mettre fin à l’aventure et de repartir à neuf l’an prochain », conclut-il.

image