30 octobre 2014
Le 2 novembre, votons pour l’avenir!
Par: Le Courrier
Richard Flibotte, président de la CSSH

Richard Flibotte, président de la CSSH

Publicité
Activer le son

Le 2 novembre aura lieu le scrutin en vue d’élire les commissaires de sept circonscriptions électorales scolaires. Le président de même que les commissaires de quatre circonscriptions ont déjà été élus par acclamation (secteurs des écoles Sacré-Coeur, Saint-André, Roger-LaBrèque et polyvalente Robert-Ouimet (circonscription 1); secteurs des écoles La Présentation, Saint-Damase et Saint-Joseph-Spénard (circonscription 3); secteurs des écoles Douville et Saint-Sacrement (circonscription 5); secteurs des écoles Lafontaine, Larocque et Maurice-Jodoin (circonscription 10). Partout ailleurs sur le territoire, un scrutin aura lieu.

Au terme de cette élection, un nouveau conseil des commissaires sera formé. Celui-ci aura notamment pour fonctions de trouver les meilleures solutions afin d’accueillir un nombre croissant d’élèves au primaire (construction ou achat de nouveaux locaux, nouveau découpage des bassins d’écoles, etc.), de compléter la réorganisation des écoles secondaires (redéploiement des services et des classes spéciales) et de faire face aux compressions budgétaires importantes déjà annoncées et à venir. Et ce, en plus de voir au bon fonctionnement de la Commission scolaire (embauche des directions d’école, adoption du budget, vérification des dépenses, octroi des contrats majeurs, adoption des politiques et des encadrements principaux, taxe scolaire, transport scolaire, suivi du Plan stratégique, représentations régionales, ententes avec les municipalités, etc.).

Nécessitant analyse et réflexion, ces dossiers s’avèrent être déterminants pour une saine gestion des finances publiques et la réussite des élèves. Les dépenses administratives de la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe sont passées – pour la première fois – sous la barre des 4 %, soit moins que la moyenne de l’ensemble des commissions scolaires et que tous les autres organismes publics du Québec. Le taux de décrochage a diminué de 6,6 points de pourcentage entre les années 2006-2007 et 2011-2012 (plus récente année d’analyse possible), passant de 30,9 % à 24,3 %. Bien sûr, cela est le fruit d’un travail d’équipe, impliquant les enseignants, les professionnels, les employés de soutien, les cadres, la direction générale, les parents et les élèves. Mais il faut des gens qui s’engagent à encadrer et à veiller à ce que ce travail se fasse en lien avec les attentes de la population. Nous avons la chance d’avoir un système d’éducation local, où des décisions d’importance sont prises au local, par des gens issus de la région : les commissaires. C’est très précieux.

En ce sens, je vous invite instamment à vous prévaloir de votre droit de vote, le 2 novembre. Dans la mouvance de l’appel au boycottage du chef de l’opposition, François Legault, et des dernières déclarations du ministre Yves Bolduc, il se peut que cette élection soit déterminante tant pour les commissaires qui jouent un rôle de premier plan que pour l’avenir et la survie de ce réseau qui – rappelons-le – sert très bien nos intérêts locaux. Afin de connaître le lieu et les heures du scrutin, je vous invite à consulter le www.cssh.qc.ca, sous Le scrutin.

image