6 septembre 2018
Le Bâton Rouge prend forme à Saint-Hyacinthe
Par: Marie-Pier Leboeuf
Le Bâton Rouge ouvrira ses portes dès le mois de novembre, au complexe Johnson.

Le Bâton Rouge ouvrira ses portes dès le mois de novembre, au complexe Johnson.

Depuis l’arrivée massive de restaurants autour de l’hôtel Sheraton, la chaîne Bâton Rouge Steakhouse & Bar a elle aussi choisi d’installer ses pénates à Saint-Hyacinthe au rez-de-chaussée du complexe Johnson. La bannière a officiellement dévoilé la mouture de son projet de 2,5 M$ dont la livraison est prévue en novembre.

Publicité
Activer le son

« La ville de Saint-Hyacinthe progresse tellement rapidement et on a pu le constater au cours des cinq dernières années. Notre restaurant haut de gamme est différent de ce qui s’offre dans le secteur, donc c’était l’endroit tout indiqué pour qu’on s’établisse », affirme Jean-Daniel Tremblay, président du groupe Marketex.

Le futur Bâton Rouge, présentement en construction, s’installera dans la nouvelle tour à bureaux des Centres d’achats Beauward en bordure de l’autoroute 20. Le nouveau restaurant pourra accueillir plus de 300 clients, dont près de 80 sur sa terrasse extérieure, et ce, dès cet automne.

« C’est un concept qui va attirer surtout la clientèle familiale et les gens d’affaires », souligne Deborah Smith, vice-présidente Location Beauward immobilier.

Le décor flirtera entre la tradition et la modernité, avec essentiellement du bois, du cuivre et des couleurs chaudes. La fenestration pleine hauteur de l’édifice donnera d’ailleurs un cachet unique à la succursale de Saint-Hyacinthe, qui couvrira une superficie totale de 7600 pi2.

« Nos designers ont profité du local vitré pour repousser les standards de la chaîne en matière de décoration et d’éclairage. On s’est permis d’aller encore plus loin que ce qu’on peut voir dans nos restaurants du Québec originalement. Ça promet un résultat de très grande qualité », ajoute M. Tremblay avec fierté.

Main-d’œuvre recherchée

Une soixantaine d’emplois seront créés avec l’arrivée imminente du Bâton Rouge. Le président du groupe Marketex ne cache pas qu’il devient de plus en plus difficile de dénicher du personnel, même s’il reste très positif à l’égard de cette problématique.

« Ce n’est pas nouveau qu’il y ait une pénurie de main-d’œuvre et c’est comme ça partout au Québec. Je suis confiant qu’on va trouver parce qu’on finit toujours par trouver dans tous les cas », soutient-il, en pleine période de recrutement. 

image