13 février 2014
Postes Canada
Le bureau de poste de Saint-Dominique à vendre
Par: Jean-Luc Lorry

Le plan de réforme financière annoncé en décembre par Postes Canada à l’échelle du pays ne devrait pas compromettre les services offerts aux citoyens de Saint-Dominique où la bâtisse qui abrite les activités de la Société canadienne des postes est à vendre.

Publicité
Activer le son

Autant le maire de la municipalité Robert Houle, que la directrice générale, Christine Massé, demeurent confiants de voir perdurer ce comptoir postal situé en plein coeur du village.

« Postes Canada est locataire dans cet édifice avec un bail qui vient à échéance le 31 mars 2016. Si l’édifice trouve preneur avant 2016, le bail devra être respecté », précise Phil Legault, responsable des relations avec les médias chez Postes Canada.Évalué à 116 900 $, l’immeuble est composé de deux locaux commerciaux. Propriété de deux résidents de Varennes, il est proposé à la vente par deux agents immobiliers pour la somme de 210 000 $.

Députée inquiète

La possible disparition des facteurs dans le cadre des compressions annoncées chez Postes Canada inquiète vivement la députée fédérale de Saint-Hyacinthe-Bagot.

« Alors que le PDG de Postes Canada s’offre un boni annuel de 160 000 $ juste pour se présenter au travail, entre 6 000 et 8 000 travailleurs des services postaux perdront leurs emplois », s’indigne Marie-Claude Morin.Fin 2013, la société d’État annonçait la suppression progressive de la livraison du courrier à domicile sur une période de cinq ans. Selon la députée Morin, cette réorganisation des services postaux affectera les personnes handicapées et les aînés. « Ma grand-mère est âgée de 89 ans et elle ne commencera pas à prendre sa marchette pour aller chercher son courrier. Ces mesures annoncent la fin d’une tradition. »Marie-Claude Morin croit que ce dossier pourrait devenir un enjeu électoral lors des prochaines élections fédérales de 2015. Le NPD a demandé au Comité permanent des transports, de l’infrastructure et des collectivités de se réunir d’urgence pour analyser les conséquences d’une réduction drastique du nombre de facteurs.

image