2 mai 2013
Le Centre des congrès dans la mire du CLD
Par: Jean-Luc Lorry
Le Centre de congrès et d'expositions de Saint-Hyacinthe.

Le Centre de congrès et d'expositions de Saint-Hyacinthe.

Le CLD Les Maskoutains joue un rôle de premier plan dans le projet d’acquisition du Centre des congrès et d’expositions par la Ville de Saint-Hyacinthe. En cas de transaction avec la Ville, cette corporation à but non lucratif passerait même aux commandes de ce moteur économique régional, a appris LE COURRIER.

Publicité
Activer le son

Selon des sources proches du dossier, le directeur général du CLD Les Maskoutains, Mario De Tilly agit comme intermédiaire entre la Ville et le groupe hôtelier de Vancouver SilverBirch, propriétaire de l’Hôtel des Seigneurs et de son centre des congrès.

Pour promouvrir le tourisme d’affaires, la municipalité est prête à débourser 5 M$ à trois conditions : SilverBirch s’engage à investir 20 M$ dans la rénovation complète de l’hôtel maskoutain, une bannière d’envergure internationale remplace le nom actuel (Marriott et Hilton sont évoqués) et la municipalité se soustrait de la gestion du personnel.Cette dernière exigence fait partie des négociations ardues entre les parties patronale et syndicale en vue de régler un conflit de travail qui dure depuis plus de six mois. Dans son projet d’acquisition du Centre des congrès, la Ville refuse que la convention collective qui régit les employés syndiqués de l’Hôtel des Seigneurs lui soit transférée. Cette option donnerait le statut de fonctionnaires municipaux aux travailleurs affectés à la partie congrès. Une situation qui pourrait provoquer des frictions entre la CSN qui repésente les intérêts des employés du complexe hôtelier et les syndicats de la Ville.Selon la partie patronale, s’entendre avec la Ville pour une cessation partielle du Centre des congrès serait l’option privilégiée par l’acheteur. Ainsi, le nouvel employeur ne serait pas contraint d’appliquer la convention collective et un nouveau contrat de travail serait renégocié avec le personnel affecté à la partie congrès. Une possibilité refusée par les représentants syndicaux qui souhaitent que leurs membres conservent leurs acquis.

Tentative du CLD

Fin janvier, la direction du CLD avait rencontré dans ses locaux des représentants de la partie syndicale pour leur signifier leurs inquiétudes relatives aux conséquences économiques du conflit de travail.

Lors de cette rencontre, M. De Tilly aurait soumis un document juridique demandant au syndicat de renoncer au transfert de la convention collective et de son accréditation en cas de vente du centre des congrès. Une proposition qui avait été rapidement balayée du revers de la main par le syndicat puisque ce document ne garantissait pas que la gestion des employés affectés aux congrès et expositions soit confiée à l’Hôtel des Seigneurs. Devant cet imbroglio juridique, les patrons de SilverBirch ont proposé comme solution de s’entendre avec la Ville sur un contrat exclusif d’une durée maximale de 20 ans pour poursuivre la gestion du Centre des congrès incluant le personnel.Une porte de sortie que le comité de négociation CSN ne souhaite pas emprunter de crainte de se retrouver dans l’inconnu d’ici 20 ans.Comme les négociations sont dans une impasse, le projet d’acquisition du Centre des congrès par la Ville demeure sur la glace, alors que SilverBirch a mis en vente l’ensemble du complexe hôtelier depuis plusieurs semaines.

Avenir du bureau de tourisme

Actuellement, l’avenir du tourisme d’affaires maskoutain se discute à l’un des comités créés par la Chambre de commerce et de l’Industrie Les Maskoutains à la suite de ses États généraux.

Sur ce comité siègent plusieurs dirigeants directement concernés par l’avenir du Centre des congrès. Sylvain Laliberté (Tourisme & Congrès Saint-Hyacinthe), Denis Gilles (Hôtel des Seigneurs), Mario De Tilly (CLD) et Louis Bilodeau (Ville de Saint-Hyacinthe) font partie des 13 membres de ce comité piloté par Tourisme & Congrès Saint-Hyacinthe. Dans le cas où le CLD serait à la tête du Centre des congrès, la structure du bureau de tourisme de Saint-Hyacinthe pourrait être revue. La partie tourisme d’affaires serait transférée au Centre des congrès et le mandat uniquement touristique prendrait la direction du chalet du Parc Les salines, en bordure de l’autoroute 20.

image