13 juillet 2017
Bacs bruns de la Régie
Le centre-ville desservi en entier
Par: Benoît Lapierre
Martin Brunet, directeur des opérations chez Enviro Connexion, Réjean Pion, directeur général de la RIAM, Alain Jobin, président de la RIAM, Alexandra Gatien et Charles-Émile Vallée, agents de la patrouille verte municipale, Joël-Éric Portelance, chef de la Division environnement à la Ville et le maire Claude Corbeil au moment de l’annonce du prolongement du programme de collecte et de valorisation des matières organiques.   Photo François Larivière | Le Courrier ©

Martin Brunet, directeur des opérations chez Enviro Connexion, Réjean Pion, directeur général de la RIAM, Alain Jobin, président de la RIAM, Alexandra Gatien et Charles-Émile Vallée, agents de la patrouille verte municipale, Joël-Éric Portelance, chef de la Division environnement à la Ville et le maire Claude Corbeil au moment de l’annonce du prolongement du programme de collecte et de valorisation des matières organiques. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Les bacs bruns de la collecte sélective vont bientôt apparaître dans le dernier secteur du centre-ville qui n’était pas encore inclus au programme de récupération et de valorisation des matières organiques.

Dans le quadrilatère délimité par les avenues Mondor et Bourdages Nord et les rues Saint-Antoine et Girouard Ouest, tous les immeubles de cinq logements et moins, soit 44 immeubles regroupant 114 unités résidentielles, seront maintenant équipés de bacs bruns. L’été dernier, un projet pilote avait été lancé dans le secteur voisin, bordé des rues Saint-Antoine et Calixa-Lavallée et des avenues Mondor et Vaudreuil (70 édifices, 175 unités). Il s’est avéré une réussite, d’où la décision de la Ville de Saint-Hyacinthe et de la Régie intermunicipale d’Acton et des Maskoutains (RIAM) de l’étendre à tout le centre-ville.

« Tout l’été, notre patrouille verte sillonnera le secteur visé pour informer les citoyens et les inviter à participer à cette démarche de détournement d’une ressource valorisable qui prend malheureusement encore trop souvent le chemin de l’enfouissement. La Ville de Saint-Hyacinthe soutient ses efforts pour accroître la valorisation de la matière organique en gaz naturel », a déclaré en conférence de presse le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil. Au centre-ville, les immeubles desservis sont équipés de bacs de 120 litres, plus pratiques que ceux de 240 litres dans les espaces restreints. Des paniers-comptoir de huit litres seront aussidistribués à tous les logis. 

La RIAM a également annoncé que la collecte des matières organiques sera étendue aux immeubles de six logements et plus du district Saint-Thomas-d’Aquin et dans ces cas, ce sont les bacs de 240 litres qui seront utilisés.

Enfin, la collecte sera implantée dans trois autres édifices de l’Office municipal d’habitation (OMH) regroupant 55 logements, lesquels s’ajoutent aux sept immeubles de l’OMH intégrés au programme l’an dernier.

image