14 juillet 2011
Pipeline d'Ultramar
Le chantier aux portes de Saint-Hyacinthe
Par: Jean-Luc Lorry
Dans le secteur de Saint-Thomas-d'Aquin, les pelles mécaniques sont à l'oeuvre pour ouvrir la voie au passage du futur oléoduc d'Ultramar.

Dans le secteur de Saint-Thomas-d'Aquin, les pelles mécaniques sont à l'oeuvre pour ouvrir la voie au passage du futur oléoduc d'Ultramar.

Le chantier pharaonique d’Ultramar qui consiste à installer un pipeline d’une longueur de 240 kilomètres, permettant le transport de produits pétroliers de sa raffinerie de Lévis vers Montréal, est aux portes de Saint-Hyacinthe, a constaté LE COURRIER.

Publicité
Activer le son

Dans le secteur de Saint-Thomas-d’Aquin, des pelles mécaniques sont à l’oeuvre pour retirer la terre arable d’un immense champ de maïs.

Les équipes d’excavation sont également présentes aux abords du Grand-Rang à quelques kilomètres du village de Saint-Charles-sur-Richelieu. « En Montérégie, nous sommes actifs de Longueuil à Saint-Hyacinthe », précise Michel Martin, directeur des affaires publiques et gouvernementales chez Ultramar.Des voies de circulation seront aménagées de part et d’autre de la future tranchée de 1,6 m de profondeur pour permettre l’accès des camions au chantier. Pour permettre le drainage des terres agricoles environnantes, un système temporaire de drainage sera installé.En Montérégie, l’installation des segments de cette immense conduite de 40 centimètres de diamètre se fera cet été et à l’automne.Estimé au départ à 200 M$, le coût du chantier a presque doublé. La compagnie pétrolière avance aujourd’hui un investissement total de 370 M$. Ce pipeline permettra d’acheminer 100 000 barils quotidiennement, de la raffinerie Jean-Gaulin d’Ultramar à Lévis vers son centre de distribution de produits pétroliers de Montréal-Est.Les travaux débutés l’automne dernier par l’étape de déboisement devraient se terminer à l’automne 2012. La mise en service de l’oléoduc est prévue pour décembre 2012.

image