6 février 2020
entre les lignes
Le chialeuxdu centre-ville
Par: Le Courrier

Ce n’est pas facile de savoir ce que les commerçants qui y brassent des affaires pensent du nouveau programme d’aide financière à l’implantation de commerces au centre-ville. Suffit de leur demander, dites-vous?

Publicité
Activer le son

Sachez que c’est ce que nous avons fait. Nous avons multiplié les démarches auprès de commerçants et de restaurateurs. Tous, oui tous, ont refusé de livrer le fond de leur pensée pour fin de publication dans le journal. Un seul a dit qu’il viderait son sac s’ils étaient plusieurs à la faire, question de ne pas passer pour le chialeux du centre-ville.

C’est le maire de Saint-Hyacinthe qui sera content de lire cela. Son message de l’an dernier devant la Chambre de commerce locale a fini par passer. Le vent tourne au centre-ville, les marchands n’osent plus critiquer ouvertement la Municipalité. Nos commerçants sont optimistes, positifs et de bons ambassadeurs. Off the record, une fois le calepin de notes fermé et le stylo à bille déposé, plusieurs en avaient pourtant long à dire au sujet du programme d’aide et dans des mots parfois très durs et critiques. Ils n’ont pas encore digéré la saga des horodateurs et les annonces de projets qui ne se concrétisent pas ou qui ne se feront pas sans subvention, contrairement au centre de congrès municipal. Ils en ont plein le dos et ils ne voient rien de bon pour eux dans ce programme qui supportera financièrement une potentielle compétition. Mais ils préfèrent ne pas indisposer la Ville de Saint-Hyacinthe publiquement ou encore contribuer à la mauvaise image du centre-ville en y allant de commentaires négatifs sur la situation actuelle. Bref, ils préfèrent crever en silence plutôt que montrer des signes de faiblesse ou d’exaspération. Se taire au lieu de proposer des solutions concrètes ou formuler des demandes précises à l’administration municipale. Le silence des agneaux condamnés à souffrir.

image