14 mai 2015
Pour ses 70 ans de fondation
Le Choeur des Variétés vous offre encore une chanson d’amour
Par: Martin Bourassa
Le Choeur des Variétés en pleine répétition en vue du 70e concert annuel qui sera présenté le 24 mai au Centre des arts Juliette-Lassonde, sous le thème : « Encore une chanson d’amour ».Photo François Larivière | Le Courrier ©

Le Choeur des Variétés en pleine répétition en vue du 70e concert annuel qui sera présenté le 24 mai au Centre des arts Juliette-Lassonde, sous le thème : « Encore une chanson d’amour ».Photo François Larivière | Le Courrier ©

Le Choeur des Variétés canadiennes est mort, vive le Choeur des Variétés. Pour ses 70 ans, la vénérable chorale à quatre voix de Saint-Hyacinthe a pris un coup de jeune et a décidé de rafraîchir quelque peu son image.

Publicité
Activer le son

Ainsi, il a été décidé de mettre de côté le « canadiennes » pour revenir à l’essentiel, les Variétés, question de faire plus actuel et moins vieillot. « Moins soirées ­canadiennes avec Louis Bilodeau », ­rigolent la présidente Diane Lalonde et la directrice musicale Hélène Martin.

Là s’arrête toutefois le grand ménage. Le répertoire varié qui a fait la réputation de l’ensemble vocal a été dépoussiéré quelque peu au passage, mais pas totalement revu en profondeur. Pas question de changer une formule gagnante, qui plaît autant aux membres du choeur qu’à son fidèle public. Aux inconditionnels.

« Notre grande force, c’est le bonheur que nous avons à chanter et notre ­proximité avec les gens. Contrairement à nombre de chorales, nous n’avons pas de cartables et nous chantons « par coeur et avec coeur », c’est tout un défi », souligne Mme Lalonde.

Le répertoire est de style classique ­léger, avec un mélange de folklore et de populaire.

« On se promène de la Bonne Chanson à Damien Robitaille », illustre Mme Martin.

Le Choeur des Variétés repose sur une solide tradition, lui qui se targue d’être la chorale francophone la plus ancienne toujours active au Québec et la deuxième plus vieille dans l’ensemble du Canada parmi les chorales francophones.

Le choeur à travers le temps et l’amour

Il faut remonter au 7 février 1945 pour ­retrouver la source mélodique des ­Variétés canadiennes, fondées à l’époque sous le nom du Choeur mixte de Saint-Hyacinthe « par le seul désir d’un groupe de Maskoutains souhaitant unir leurs voix et pratiquer le chant choral ».

Soixante-dix ans plus tard, ils sont ­encore une quinzaine âgés de 27 à 60 ans à être animés de cette même passion, même si les effectifs de la chorale ont ­déjà atteint la cinquantaine à la belle époque des Variétés canadiennes.

À défaut de quantité, la qualité des ­choristes aujourd’hui rassemblés est ­indéniable. On dit même que le seul ­ténor du groupe en vaut 10! Nous ­pourrons le constater pas plus tard que le 24 mai dès 14 h à l’Espace Rona du Centre des arts Juliette-Lassonde où se déploiera le concert annuel printanier du Choeur des Variétés.

Le concert 2015 s’articule autour du thème : « Encore une chanson d’amour », titre d’une oeuvre du chanteur et poète Gilles Vigneault. Cette chanson résume assez bien l’histoire de cette chorale ­maskoutaine, qui résonne encore malgré toutes les intempéries qui ont pu ­refroidir ses ardeurs au fil des années.

La directrice musicale nous promet un concert aux notes historiques le 24 mai puisqu’elle s’est amusée à puiser dans le vaste répertoire de la chorale pour ­dénicher les perles rares du concert anniversaire. « Les 70 ans seront revisités à ­raison d’une pièce significative par bloc de cinq ans. S’ajouteront aussi des chansons plus actuelles de différents styles, question d’en offrir pour tous les goûts musicaux. »

Le concert s’annonce tout, sauf ­statique. Pour assurer les liens entre les 22 pièces (!) du programme, on fera appel une fois de plus à un finissant de l’option Théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe. Et grâce à la collaboration du Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe, les 70 ans du Choeur des Variétés canadiennes seront replacés dans leur contexte historique, en présentant en parallèle quelques faits saillants qui ont marqué les 70 dernières années de la Ville de Saint-Hyacinthe.

« En fouillant dans les archives du centre d’histoire, nous avons cependant constaté qu’il n’y avait pas grand-chose sur les Variétés canadiennes, malgré sa riche histoire. Nous avons l’intention de remédier à cela. Nous avons d’ailleurs quelques artéfacts intéressants comme un exemplaire de tous les programmes depuis le tout premier concert en 1945. Ce sont des pièces de collection! », conclut Mme Lalonde.

image