16 mai 2013
Gouvernance
Le CLD attend une analyse favorable
Par: Le Courrier

En réaction aux critiques formulées par LE COURRIER quant à la façon dont il s’acquitte de sa mission économique, le CLD Les Maskoutains a commandé une étude indépendante dont les résultats, espère-t-il, lui seront favorables.

Publicité
Activer le son

Le président du CLD, Claude Bernier, a annoncé lundi, en assemblée générale, qu’un mandat à ce sujet avait été confié à Michel Nadeau, de l’Institut sur la gouvernance d’organisations privées et publiques. Inévitablement, l’analyse concernera aussi la Cité de la biotechnologie, puisque la Cité et le CLD possèdent la même direction générale. « Le rapport diagnostic (de l’Institut) devrait nous être livré à l’automne », a indiqué M. Bernier.

« Ça va dire qu’il n’y a aucun problème de gouvernance au CLD Les Maskoutains », a prédit plus tard le directeur général, Mario De Tilly, en terminant la présentation du rapport annuel. Il a mentionné que l’étude en question allait parvenir au CLD avec un certain retard, fin 2013. « C’est à cause des travaux de la Commission Chartier, euh… excusez-moi, de la Commission Charbonneau », a-t-il ajouté, pour pointer en blaguant LE COURRIER et son éditeur, Benoit Chartier. Montrant la structure organisationnelle à laquelle le CLD appartient, M. De Tilly a mentionné que son organisation devait constamment rendre des comptes, que ce soit à la MRC ou au ministère des Finances et de l’Économie.« Est-ce qu’il y a place à amélioration? Probablement que oui. Je suis un peu brouillon dans la vie, parce que je suis d’abord un développeur », a-t-il expliqué.Par ailleurs, ni lui, ni M. Bernier n’ont été en mesure de commenter l’analyse du Conference Board du Canada sur la performance économique de 46 villes canadiennes de taille moyenne, analyse qui place Saint-Hyacinthe parmi les villes ayant plus souffert du ralentissement économique des dernières années. « Nous avons reçu le rapport, mais nous n’avons pas encore pu en prendre connaissance », a répondu Mario De Tilly à la période des questions.Quant au maire Bernier, c’est avec un haussement d’épaules qu’il a accueilli la question du COURRIER au sujet de l’étude du Conference Board, avant l’assemblée annuelle. « Je n’ai pas vu cette étude, mais nous, ce qu’on va présenter, c’est la vraie vie, c’est la réalité de ce qui s’est fait cette année », a-t-il lancé.

image