23 février 2012
Métairie et culture
Le conseil restera divisé
Par: Le Courrier

Le choix de reloger bon nombre d’organismes culturels de Saint-Hyacinthe dans l’ancien couvent de la Métairie, rue Saint-Pierre Ouest, ne fera jamais l’unanimité au sein du conseil municipal.

publicité

« La place de ces organismes est au centre-ville (…). Je vous demande à tous de revoir votre position. Il y a autre chose qu’on peut faire à cet endroit-là », a plaidé à nouveau la conseillère du district Cascades, Sylvie Adam, à la séance du conseil de lundi. Mme Adam est intervenue au moment où le conseil s’apprêtait à déterminer à quelles « fins municipales » la Ville destinait l’ancien couvent des Soeurs de la Charité, acquis du Groupe Robin contre la somme de 2 millions $. Cette précision devait être apportée au règlement d’acquisition.

C’est le conseiller du district La Providence, Bernard Barré, qui a rouvert le débat sur la Métairie en proposant que le bâtiment devienne la demeure des organismes culturels qui devront abandonner le vieux Centre culturel de la rue Turcot, voué à la démolition. Sylvie Adam s’est aussitôt levée pour signifier qu’elle demeurait opposée à ce projet et qu’elle allait voter contre la proposition.

SDC

Question d’ajouter du poids à ses arguments, elle a fait lecture d’une lettre intitulée « L’étalement culturel n’est pas la solution » que le Conseil d’administration de la Société de développement du centre-ville (SDC) a récemment adressée au maire de Saint-Hyacinthe, Claude Bernier.

Rejetant l’option « Métairie » pour les organismes culturels et artistiques, les administrateurs de la SDC soutiennent « que cette décision va à l’encontre des nombreux efforts du passé visant à établir au centre-ville un milieu de vie unique en son genre, un secteur commercial prospère qui intègre harmonieusement une vie culturelle riche et stimulante, créant ainsi un environnement dynamique et convivial au coeur même de Saint-Hyacinthe ».« Loin de nous l’idée de vous imposer notre vision, mais force est d’admettre que rapatrier ce projet tel que prévu au départ, soit au Centre des arts Juliette-Lassonde, démontrera hors de tout doute à la population que les élus sont sensibles au développement durable de leur ville. Qui plus est, cette décision créera une augmentation de l’achalandage au centre-ville, favorisant ainsi l’épanouissement de nos commerces, restaurants, salles de spectacles, galeries d’art, expositions, marché public, bars, pubs et autres », dit encore la SDC dans sa lettre.

Beauregard appuie Adam

Outre Mme Adam, seul le conseiller du district Douville, André Beauregard, a plaidé en faveur du regroupement des organismes au Centre des arts; notons toutefois que le conseiller du district Laurier, Sylvain Savoie, était absent lundi.

M. Beauregard a expliqué que s’il ne s’était pas opposé à l’achat du convent l’automne dernier, c’est qu’à ce moment-là, ce à quoi il serait destiné n’avait pas encore été précisé. « Je trouve préférable de relocaliser nos organismes culturels au centre-ville, comme c’était prévu au départ », a-t-il déclaré.

Stationnement

Mais le conseiller du district Sainte-Rosalie, Donald Côté, membre du Conseil de la Culture, croit qu’un problème de stationnement serait créé au centre-ville si la Ville y installait les organismes culturels, plutôt qu’à la Métairie. « Ce n’est pas le bout du monde, il n’y a qu’un ou deux ponts à traverser, c’est presque au centre-ville », a-t-il fait valoir.

Le conseiller Barré pense lui aussi que la Ville aurait commis une erreur en accueillant les organismes culturels au Centre des arts. « Aujourd’hui, le stationnement, on n’en entend plus parler, c’est juste correct (…). Mais on aurait créé un problème en envoyant les organismes là », a-t-il lancé, imaginant le « chaos » qu’engendrerait le croisement de 80 à 100 voitures supplémentaires les soirs de spectacle.Pour lui, il est clair que les organismes devront s’accommoder de la Métairie. « À cheval donné, on ne regarde pas la bride. Dans la liste des organismes en attente, il y en a pour qui une garde-robe ferait l’affaire! » Quant au représentant du district Sacré-Coeur, David Bousquet, il a prétendu que c’était bel et bien dans le but d’y loger les organismes culturels que la Ville avait fait l’acquisition du couvent de la Métairie. « L’évaluation de la bâtisse et les plans ont été faits en conséquence. Ce serait tout à fait irresponsable d’avoir acheté le site sans savoir ce qu’on allait y mettre », affirme-t-il. Et selon lui, il n’y a pas de lien à établir entre la présence du milieu culturel au centre-ville et la vitalité économique du secteur. « Si c’était le cas, le restaurant en face du Centre des arts Juliette-Lassonde (San Marino) n’aurait pas fermé ses portes », a-t-il soutenu, disant croire davantage à la venue de résidents et à l’implantation de bureaux ou de condos de luxe comme facteurs de soutien du centre-ville.

image