5 décembre 2013
Régime de retraite
Le conseiller Leclerc se fait taper sur les doigts par la direction générale
Par: Jean-Luc Lorry
Le conseiller municipal Alain Leclerc estime qu'au fil des années, le régime de retraite des employés de la Ville de Saint-Hyacinthe va peser lourd sur le compte de taxes des contribuables et il ne se gêne pas pour le dire.

Le conseiller municipal Alain Leclerc estime qu'au fil des années, le régime de retraite des employés de la Ville de Saint-Hyacinthe va peser lourd sur le compte de taxes des contribuables et il ne se gêne pas pour le dire.

La direction générale de la Ville de Saint-Hyacinthe ne semble pas avoir apprécié l’initiative du conseiller Alain Leclerc d’être intervenu sur une ligne ouverte pour signifier son inquiétude au sujet des négociations ardues touchant le régime de retraite des employés municipaux.

Lors de sa courte intervention à l’émission matinale d’Isabelle Maréchal, M. Leclerc disait que les fonctionnaires de la Ville n’hésitaient jamais à brandir la menace de grève, provoquant ainsi l’impasse des négociations.

« Malgré le fait que M. Leclerc siège à la Commission du régime de retraite de la Ville, il importe de signaler que son opinion émise sur les ondes du 98.5 FM n’engageait que sa personne, et ne reflète pas nécessairement celle de la Ville de Saint-Hyacinthe », peut-on lire dans le communiqué de presse initié par la direction générale de la Ville.Dans ce document, la Ville reconnaît que le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) avait fait des propositions pour tenter d’atténuer l’impact du régime de retraite des employés municipaux sur les finances de la Ville. « Ces propositions, bien que louables, ont été jugées insuffisantes, ou du moins, ne répondent pas aux attentes de la partie patronale », écrit la direction générale dans ce document diffusé par la Division des Communications.« L’intervention radiophonique de M. Leclerc a suscité des réactions de la part de nos employés et principalement des cols bleus, observe après coup le directeur général de la Ville, Louis Bilodeau. Mais il est vrai que diffuser un communiqué de cette nature n’est pas une pratique fréquente et visiblement cela n’a pas plu à tout le monde. »Le principal intéressé ne partage pas la décision prise par les autorités municipales. « J’ai été très étonné par ce communiqué. Ce que je dis sur le sujet est la vérité absolue et je ne suis pas mal à l’aise d’en parler de long en large. Le déficit actuariel du régime de retraite se chiffre actuellement à 11,6 M$ », indique Alain Leclerc en entrevue au COURRIER. Celui-ci estime qu’au fil des années, le régime de retraite des employés de la Ville de Saint-Hyacinthe va peser lourd sur le compte de taxes des contribuables. Dans cette affaire, sa collègue de banc, la conseillère Brigitte Sansoucy a exprimé son profond malaise en assemblée publique. « Je n’ai pas apprécié que l’administration municipale envoie un communiqué qui cible un élu sans que le conseil en soit informé préalablement », a déclaré celle qui représente le district Saint-Sacrement.Cette initiative semble avoir également pris de court le maire de Saint-Hyacinthe. « J’étais au courant qu’il y avait une démarche, mais je n’ai pas vu partir ce communiqué », a indiqué un brin soucieux, Claude Corbeil.

image