6 décembre 2012
Le Courrier avant tout
Par: Martin Bourassa
Publicité
Activer le son

Ce texte s’adresse à tous ceux qui prédisent la disparition des journaux et qui ne jurent que par Internet et les réseaux sociaux.

La presse écrite se porte assez bien merci à Saint-Hyacinthe. Et c’est le sondage Léger Marketing sur le dossier de la traverse du boulevard Casavant qui en a fait la démonstration de façon éloquente. Il confirme haut la main que Le Courrier est encore le moyen le plus efficace de rejoindre les Maskoutains dans leur quotidien.Si vous doutiez encore de l’influence et de la pertinence du Courrier de Saint-Hyacinthe dans le milieu maskoutain, permettez que je vous soumette quelques données tirées du récent sondage commandé et payé par la Ville de Saint-Hyacinthe.L’analyse du sondage réalisé auprès de 1 003 répondants sélectionnés au hasard dans tous les secteurs de la Ville révèle que 73 % des répondants ont entendu parler du dossier par l’entremise des journaux locaux, à savoir Le Courrier et Le Clairon.C’est plus de sept répondants sur 10! C’est un résultat énorme, pour ne pas dire davantage. En contrepartie, la brochure municipale distribuée à toutes les résidences par l’entremise de Postes Canada ne présente qu’un taux de pénétration de 27 %. Les autres médias font encore pire. À peine 10 % des répondants ont eu vent du dossier par l’entremise de la télévision et 7 % par la radio.Le site Internet de la Ville de Saint-Hyacinthe en prend pour son rhume. À peine 1 % des répondants disent avoir déniché leur information à cet endroit.Voilà des données pour le moins pertinentes à considérer quand vient le temps d’informer la population et de publiciser ses produits et services.Ou encore quand on décide de boycotter un média qu’on ne trouve pas assez positif ou complaisant à notre goût. J’en profite évidemment pour remercier nos fidèles lecteurs et annonceurs de leur confiance, semaine après semaine.Depuis 160 ans et pour longtemps encore, n’en déplaise à nos détracteurs ou aux chevaliers de l’apocalypse qui annoncent le déclin de la presse hebdomadaire.

M.B.

image