12 mai 2016
Le déclin de bois, un revêtement traditionnel… toujours d’actualité!
Par: Le Courrier
Restauration idéale en préservant les matériaux d’origine en bois (SainteHélènedeBagot). Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Restauration idéale en préservant les matériaux d’origine en bois (SainteHélènedeBagot). Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Rénovation à éviter où les éléments décoratifs sont disparus sous le nouveau revêtement. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Rénovation à éviter où les éléments décoratifs sont disparus sous le nouveau revêtement. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Publicité
Activer le son

Le revêtement de déclin de bois sur nos maisons anciennes a pour fonction de protéger la structure des intempéries. Il est donc normal qu’il se dégrade et qu’on doive le réparer ou le remplacer à l’occasion. Il faut toutefois savoir que le choix du revêtement et la qualité de son installation ont un impact majeur sur la valeur patrimoniale du bâtiment.

Cette valeur est estimée en fonction de l’histoire de la maison, de son ancienneté, de sa rareté, de sa qualité architecturale, de son état de conservation et de son authenticité. Si nous n’avons que peu de contrôle sur les trois premiers éléments, il en est tout autrement des trois derniers. Intervenir sur le revêtement extérieur est une excellente façon d’augmenter la ­valeur patrimoniale de votre maison, mais il s’agit d’une intervention très ­sensible. Il est donc important de respecter les principes de base de la ­restauration patrimoniale en priorisant certaines interventions. La conservation des éléments d’origine par le biais d’un bon entretien se situe au sommet de cette liste. Viennent ensuite la restauration et la réparation des parties endommagées, puis, dans l’éventualité où la réparation est impossible, le remplacement partiel par des matériaux neufs. Enfin, dans le pire des cas, on envisagera le remplacement complet par un matériau neuf, idéalement de même nature et de même dimension.

Une vaste majorité de nos maisons ­anciennes sont recouvertes en déclin de bois horizontal. Il s’agissait de la façon la plus populaire de construire entre 1850 et 1930. Les principaux avantages de ce ­matériau sont sa facilité de réparation et sa longévité. On peut réparer ou remplacer facilement une seule planche au lieu de l’ensemble du revêtement et, avec un bon entretien, celui-ci durera ­facilement au-delà de 100 ans. Un ­ancien revêtement de bois trouvé sous un recouvrement ­récent pourra même parfois être restauré. De plus, plusieurs compagnies offrent maintenant un déclin de bois, peint en usine, pour ­refaire à neuf de tels revêtements. Même si le bois semble plus coûteux qu’un ­revêtement synthétique, sa durabilité en fait indéniablement le choix le plus économique à long terme.

Une mise en garde est toutefois nécessaire : le danger qui guette notre patrimoine ne relève pas seulement de la nature des matériaux utilisés, mais aussi, et surtout, de la perte des détails architecturaux due aux installations inappropriées. Nombreux sont ces exemples où les encadrements des portes, les entablements des fenêtres et les planches ­cornières ont disparu, remplacés par de minuscules moulures. En effet, pour des raisons de coûts, de facilité et sous le ­prétexte d’une meilleure isolation, des entrepreneurs suggèrent fréquemment d’installer le nouveau revêtement par-dessus le revêtement d’origine, rendant ainsi impossible la récupération de ces encadrements d’époque qui font tout le charme de nos maisons anciennes. Sachez qu’il est possible de faire autrement et de bien le faire, en enlevant le ­revêtement ancien et en installant un nouveau revêtement de façon traditionnelle. Vous conserverez ainsi ces éléments rares et anciens qui ont plus de valeur que les matériaux qui les dissimuleraient.

Faire les bons choix et discuter avec les entrepreneurs de vos exigences sont les clefs du succès. Le bois reste un choix idéal pour nos maisons anciennes. Économique, durable et écologique, il répond à nos valeurs d’aujourd’hui comme il répondait à celles de l’époque.

image