4 octobre 2012
Fondation Kevin Lussier
Le dernier legs de Kevin
Par: Le Courrier

Décédé du cancer à l’âge de 26 ans, le Maskoutain Kevin Lussier a été un véritable exemple de courage et de persévérance pour ses proches. À l’occasion du premier anniversaire de son décès, ses amis, membres de la famille et collègues de travail ont lancé en sa mémoire la fondation Kevin Lussier le jeudi 23 août.

Publicité
Activer le son

Kevin Lussier était un jeune universitaire de 21 ans quand on lui a diagnostiqué un cancer du cerveau en 2005. Doté d’une énergie inouïe, selon ses proches, ainsi que d’un moral de fer, Kevin a complété avec brio un baccalauréat en droit MBA malgré la maladie et a même décroché un contrat de travail au sein de la firme Roche ltée Groupe-conseils avant de succomber au cancer à l’âge de 26 ans.

Grandement apprécié des gens qui le côtoyaient, plus de 120 personnes étaient présentes à l’Hôtel des Seigneurs à l’occasion de l’inauguration de la fondation qui porte aujourd’hui son nom. La fondation Kevin Lussier se veut un hommage au courage et à la persévérance de jeunes qui affrontent le cancer. Elle a pour objectif d’encourager les étudiants qui souhaitent poursuivent leurs études pendant leur combat contre la maladie avec le versement de bourses aux études, en plus de soutenir la recherche sur le cancer.« Kevin était mon ami, avance Marc-André Huard, président de la fondation. C’est ce qui m’a amené à fonder cette fondation. Bien qu’il était atteint du cancer, Kevin a fait tout ce qu’il voulait faire avant de mourir. Il avait un bon capital d’énergie et c’est cela qui lui a permis d’aller aussi loin. Aujourd’hui, nous ne venons pas juste souligner son décès. Nous venons passer le flambeau que Kevin nous a remis avant de nous quitter. »

Récompensés pour leur courage

Étienne Lussier (aucun lien avec Kevin), âgé de 21 ans, et Gabriel Guay, âgé de 18 ans, sont les premiers récipiendaires d’une bourse de 500 $. L’un a poursuivi un baccalauréat en récréologie à l’Université du Québec à Trois-Rivières malgré un lymphome au niveau du thorax, tandis que l’autre retourne compléter ses études secondaires interrompues à cause d’une tumeur cérébrale diagnostiquée à l’âge de 14 ans.

Arbitre à l’Association de soccer Richelieu-Yamaska, Étienne Lussier n’a pas beaucoup modéré son rythme de vie depuis qu’on lui a diagnostiqué un cancer en juillet 2011. En rémission depuis janvier, le soutien de sa famille et de ses amis lui a permis d’avoir l’énergie nécessaire pour continuer. Fier du courage et de la persévérance de son fils, son père, Serge Lussier, ne cache pas avoir une grande admiration pour Étienne.« Il a démontré beaucoup de courage et c’est lui qui nous en a donné! Cela aurait été facile de baisser les bras, mais il ne s’est jamais découragé. En plus de poursuivre ses études, il n’a pas cessé de travailler, même pendant ses traitements. Quant à nous, on n’a pas eu le choix que d’essayer d’être aussi forts que lui », admet M. Lussier.Les larmes aux yeux, M. Lussier admet avoir eu peur de perdre son fils et convient que personne n’est à l’abri du cancer. « Étienne a toujours été en forme physiquement. Il joue au soccer depuis qu’il a l’âge de 7 ans. Mais lorsque l’on reçoit une nouvelle comme celle-là, on ne peut faire autre chose que d’aller de l’avant », conclut-il.Contrairement à Étienne, Gabriel Guay n’aura probablement jamais la chance d’être en rémission malgré son courage. « La tumeur de Gabriel est logée dans le tronc cérébral et les médecins ne peuvent pas creuser pour aller la chercher, explique sa mère, Isabelle Daigneault. Depuis quatre ans, elle grossit tout le temps. Il a eu neuf chirurgies, 70 séances de chimiothérapie et 25 séances de radiothérapie. Mais on se croise les doigts! Cela fait neuf mois qu’il va bien! » Son état de santé allant de mieux en mieux, Gabriel s’est « payé le luxe » de travailler cet été et retourne même à l’école. « Je me suis inscrit à l’école aux adultes. Je dois reprendre mes cours là où je les ai quittés à 14 ans. C’est sûr que c’est plate, mais c’est du retard que je n’ai pas le choix d’assumer. »Le site Internet www.fondationkevinlussier.org est actuellement en construction, mais sera disponible sous peu.

image