16 octobre 2014
Prêt de 100 000 $ au CDP
Le Fonds local de solidarité FTQ demandera des comptes
Par: Jean-Luc Lorry
Jean-René Laforest, directeur général de Fonds locaux de solidarité FTQ.

Jean-René Laforest, directeur général de Fonds locaux de solidarité FTQ.

L’octroi d’un prêt de 100 000 $ au Centre de développement pharmaceutique (CDP) par un comité d’investissement relevant du CLD Les Maskoutains lors d’une réunion qui n’avait pas le nombre requis de membres pour siéger (quorum) « a surpris » le directeur général des Fonds locaux de solidarité FTQ, Jean-René Laforest.

Publicité
Activer le son

Dans une précédente édition, nous révélions que seulement trois membres sur huit étaient présents à la rencontre de ce comité tenue en août 2012 où fut accordé ce prêt puisé à même le fonds FLI-FLS (Fonds local d’investissement et Fonds local de solidarité).

« Nous allons vérifier la question du quorum auprès du CLD Les Maskoutains. Nous demanderons un correctif pour régler cette situation », indique en entrevue au COURRIER, Jean-René Laforest.

Celui-ci nous a précisé que la gestion des FLS est entièrement déléguée aux CLD qui sont autonomes et décisionnels dans le choix des entreprises qui bénéficient de ces coups de pouce financiers.

« Toutefois, ces comités doivent opérer en respectant un certain encadrement », note M. Laforest.

Le Fonds local de solidarité FTQ est une société en commandite qui fut créée en 1991 en partenariat par le Fonds de solidarité FTQ et la Fédération québécoise des municipalités.

Depuis leur création, les 85 FLS ont accordé des prêts totalisant 97 millions $ pour des projets qui se chiffrent à 1,4 milliard $.

Desjardins

Parmi les membres du comité d’investissement FLI-FLS à Saint-Hyacinthe siège depuis sa fondation un représentant des Caisses Desjardins.

L’institution financière a obtenu ce siège lors de la création du Fonds SOLIDE (Société locale d’investissement dans le développement de l’emploi) en raison de sa contribution de 50 000 $ lors de la création de ce fonds en 1998.

Lorsque le Fonds SOLIDE a été fusionné pour devenir le Fonds FLI-FLS, Desjardins à conservé son siège même si cette coopérative n’est plus impliquée monétairement.

Sur le sujet, M. Laforest estime que toutes les institutions financières peuvent disposer d’un représentant pour siéger à un comité d’investissement.

« Ce comité pourrait décider de remplacer Desjardins par une autre institution financière. Sur d’autres comités siège la RBC, la Banque Nationale ou encore la Banque Laurentienne. Ce n’est pas un siège comme au Sénat », de conclure Jean-René Laforest.

image