20 septembre 2018
Le gouvernement et les écoles de conduite
Par: Le Courrier

La population doit savoir. Le ministère des Transports et la SAAQ n’ont aucun respect pour les écoles de conduite. Les propriétaires d’école de conduite, qui sont aussi, pour la majorité, des instructeurs en conduite automobile, risquent leurs vies pour sauver celle des autres. Comme les enfants en âge de conduire de ceux et celles qui dirigent le ministère des Transports et la SAAQ, mais ce n’est pas suffisant.

Publicité
Activer le son

Ces gens-là, qui prennent des décisions en rapport avec l’enseignement de la conduite automobile, n’en connaissent à peu près rien. Le programme actuel en est une belle preuve. Mais la décision la plus injuste et la plus ignoble du ministère des Transports est d’avoir imposé un prix plafond aux écoles de conduite. Ce prix plafond est le même depuis 8 ans et demi.

Le gouvernement vient d’offrir une hausse du prix du cours de conduite de 7 $, ce qui équivaut à 0,88 cent par année. Quand on connaît les dépenses administratives et opérationnelles d’une école de conduite, c’est odieux, ça donne mal au cœur, j’ai le goût de vomir. Une entreprise a le droit de vivre et le gouvernement n’a pas le droit moral de lui couper les vivres. Le pouvoir du ministère des Transports et de la SAAQ frôle la dictature.

Les instructeurs en conduite automobile font leur métier avec une passion animée par le désir de faire de futurs conducteurs sécuritaires, coopératifs et responsables parce que la sécurité routière, c’est important. La confiance et la solidarité également. Restons forts. Expliquons à la population l’odieux de cette situation. Exigeons du gouvernement de nous laisser cette industrie qui en quelque sorte nous appartient au lieu de nous contrôler du haut de leur tour d’ivoire. Laissons ces gens qui risquent leur vie à chaque sortie, pour sauver des vies, prendre en main leur destinée, au lieu de les écraser.

Yves Frenette,
Instructeur et propriétaire d’une école de conduite

image