11 décembre 2014
Kia K900 V8 Elite 2015
Le grand luxe à la coréenne
Par: Marc Bouchard
Photo Kia Canada

Photo Kia Canada

Le nouveau vaisseau amiral de Kia, la K900, fait indéniablement tourner les têtes, non seulement parce qu’elle est belle – comme presque tous les produits Kia d’ailleurs –, mais aussi parce que la première réaction des gens en la voyant dans la rue, c’est de regarder son écusson. Que l’on aime ça ou non, on doit confesser que dans la société d’aujourd’hui, on est attirés davantage par des marques à la mode, et on aime les montrer.

publicité

Eh bien, la Kia K900 2015 ne porte pas d’écussons tape-à-l’oeil et prestigieux. C’est une Kia.

Cependant, si l’on met de côté l’aspect des marques, la K900 s’avère une grande berline de luxe drôlement efficace. C’est une grosse voiture, son gabarit étant comparable à celle de la Mercedes-Benz Classe S, de la Jaguar XJ et de la BMW Série 7. Pourtant, les stylistes de Kia sont parvenus à la rendre sexy, sans porte-à-faux exagérés et avec une ligne de toit en pente douce vers l’arrière. En fait, à première vue, il est difficile de la distinguer de sa soeur légèrement plus petite, la Kia Cadenza.

Alors qu’un moteur de 3,8 L avec 311 chevaux propulse la K900 V6 de base – qui affiche un prix de départ de 50 000 $ –, la V8 Elite obtient une motorisation de 5,0 L qui développe 420 chevaux et un couple de 376 lb-pi. Une boîte de vitesses automatique à huit rapports gère cette puissance, l’acheminant exclusivement aux roues arrière. Comme sa cousine la Hyundai Equus, et contrairement à pas mal toutes les berlines de luxe allemandes, la grosse Kia n’offre pas une transmission intégrale.

Alors, le Kia K900 V8 Elite 2015 bénéficie de la sonorité et du muscle d’une vraie berline de luxe, et je dois admettre que la livrée de puissance et les montées rapides en régime de ce moteur V8 m’impressionnent. Écrasez l’accélérateur et la voiture décolle vivement alors que les roues arrière crient et que le système antipatinage se grouille pour les contrôler. Quant à la consommation de carburant, nous avons observé une moyenne de 11,7 L/100km durant l’essai, ce qui n’est pas mal du tout.

Sur la route, la K900 met l’accent sur le confort de roulement. C’est à mi-chemin entre une conduite feutrée d’antan et une fermeté des voitures plus modernes, bien que le roulis de caisse soit particulièrement notable. Cette voiture roule vite en ligne droite, mais n’a pas été conçue pour découper les routes sinueuses de campagne. Cela me convient, et oui, il y a toujours une clientèle pour ce type de voiture de luxe.

À l’intérieur, la Kia K900 2015 gâte ses occupants avec une sellerie de cuir somptueuse, un tableau de bord et des panneaux de porte recouverts de cuir, des sièges avant chauffants et ventilés, des sièges arrière chauffants, un climatiseur automatique à trois zones ainsi qu’une exceptionnelle chaîne audio ambiophonique Lexicon à 17 haut-parleurs. La K900 V6 Premium – qui coûte 61 000 $ – et la V8 Elite obtiennent des boiseries véritables sur la console centrale, alors que le reste de la planche de bord est habillée de garnitures noires reluisantes et d’encadrements chromés.

Certaines personnes pourraient froncer les sourcils au prix de la version V8 Elite, mais il faut dire qu’elle comprend une liste exhaustive de caractéristiques. Quelques-unes d’entre elles sont dignes de mention, comme le régulateur de vitesse adaptatif, l’affichage tête haute, le bloc d’affichage du conducteur à écran TFT de 12,3 pouces, un système de caméras à 360 degrés, des portes à fermeture automatique, un volant chauffant et garni de bois, un toit ouvrant panoramique et une sellerie de cuir Nappa.

Il y a une différence entre être riche et immensément riche, et la Kia K900 2015 plaira vraisemblablement davantage aux premiers qu’aux derniers. Bien sûr, la grosse Kia dispose d’un certain attrait émotionnel, mais pour la plupart, ceux qui finiront par s’en acheter une auront fait leurs devoirs et seront confortables avec l’idée de payer une voiture, pas une marque.

En fait, le plus gros défi pour la K900, c’est de se justifier par rapport à la Hyundai Genesis 2015 redessinée. Cette dernière propose un rouage intégral, une meilleure dynamique de conduite et l’option d’être équipée du même V8 de 5,0 L – souvenez-vous, Hyundai possède Kia, et les deux partagent plateformes et mécanique. La Genesis n’a peut-être pas les accommodations généreuses aux places arrière de la V8 Elite, et s’avère une voiture légèrement plus petite, mais elle coûte moins cher et est aussi belle. (Merci à Michel Deslauriers)

Fiche techniqueForces :– Accessoires nombreux – Prix avantageux – Rapport qualité/prix Faiblesses :– Absence de rouage intégral – Marque peu commune pour une voiture de luxe – Roulis important Fiche technique :Moteur : V6 3,8 litres Puissance : 311 ch @ 6 000 tr/min (232 kW) Couple : 293 lb·pi @ 5 000 tr/min (397 N·m) Type de carburant : Super Transmission : Automatique, 8 rapports Rouage : Propulsion Consommation ville : 13,1 l/100km Consommation autoroute : 8,7 l/100km Prix : à partir de 51 480 $

image