20 février 2013
État généraux de la Yamaska
Le grand public interpellé
Par: Le Courrier
Bernard Valiquette, photographe, responsable du concours YAMASK'ART, Jacques Tétreault, président du Comité de citoyens pour la protection de l'environnement maskoutain et Sylvain Michon, président de l'OBV Yamaska, espèrent que la participation sera grande à l'étape de la consultation publique des États généraux sur l'eau de la Yamaska.

Bernard Valiquette, photographe, responsable du concours YAMASK'ART, Jacques Tétreault, président du Comité de citoyens pour la protection de l'environnement maskoutain et Sylvain Michon, président de l'OBV Yamaska, espèrent que la participation sera grande à l'étape de la consultation publique des États généraux sur l'eau de la Yamaska.

Lancés sans tambour ni trompette au début de l’année, les États généraux de l’eau du bassin versant de la Yamaska, reconnue comme la rivière la plus polluée de tous les affluents du Saint-Laurent, vont maintenant prendre leur véritable envol.

Publicité
Activer le son

Après la tenue, en janvier, de trois ateliers thématiques qui réunissaient des intervenants choisis – dirigeants et élus municipaux, agriculteurs, experts et représentants d’organismes impliqués dans la gestion de l’eau -, c’est maintenant vers le grand public que se tournent les organisateurs.

Un document de consultation a été mis en ligne le 18 février à l’adresse « urgenceyamaska.net » à l’intention de tous les citoyens qui désirent exprimer leurs idées dans le cadre de ce vaste chantier visant la réhabilitation de la Yamaska, rivière aux multiples embranchements. Ils pourraient être nombreux à se manifester d’ici au 12 avril, dernier jour de la consultation, car pas moins de 260 000 personnes vivent dans le vaste bassin de la Yamaska, dont la moitié dans les villes de Granby, Saint-Hyacinthe, Cowansville et Sorel-Tracy.« Il nous faut dépolluer cette rivière! », conclut Christian Vanasse, conseiller municipal à Saint-Jude et célèbre Zapartiste, dans le documentaire intitulé Urgence Yamaska dont il est le narrateur et qui a été présenté en grande première lundi, en conférence de presse. « Cette vidéo ne pourrait pas être plus claire. Je souhaiterais qu’elle circule dans toutes les municipalités du bassin », a commenté Arthur Fauteux, maire de Cowansville et deuxième vice-président de la Conférence régionale des élus de la Montérégie Est (CRÉ) après le visionnement de ce document qu’on trouve aussi sur le web. M. Fauteux était accompagné de Francine Morin, première vice-présidente de la CRÉ et préfet de la MRC Les Maskoutains.

Concours et pétition

En marge de la consultation publique en ligne, un concours artistique baptisé YAMASK’ART et parrainé par le photographe Bernard Valiquette a été lancé à l’intention de tous les adolescents du bassin, en collaboration avec les écoles secondaires qu’ils fréquentent.

Les participants sont invités à créer des oeuvres « photo et texte » à partir de ce que la Yamaska leur inspire – le meilleur comme le pire – et de soumettre le tout d’ici le 26 avril. Les résultats du concours YAMASK’ART, assortis de 1 500 $ en bourses, seront dévoilés le 24 mai à Saint-Hyacinthe, au cours du grand rassemblement qui clôturera les États généraux.Pour renforcer toute la démarche et lui donner le plus d’ampleur possible, les organisateurs ont également lancé une campagne d’appui populaire dans le but d’obtenir en ligne au moins 30 000 signataires demandant une intervention majeure pour la Yamaska. « Moi, je suis plus optimiste que ça : je vise 60 000 signatures », a lancé Jacques Tétreault, le président du Comité de citoyens pour la protection de l’environnement maskoutain. M. Tétreault a indiqué qu’un porteur du dossier « pétition » serait à l’oeuvre dans chacune des 90 municipalités du bassin.Le président et directeur général par intérim de l’Organisme de bassin versant de la Yamaska (OBV), Sylvain Michon, a lui aussi insisté sur l’importance d’une forte participation aux États généraux. « Vendredi dernier, au dévoilement du Plan d’intervention pour la sauvegarde du lac Saint-Pierre, le ministre Yves-François Blanchet nous a assuré que si le milieu présentait un plan concerté, il y répondrait », a-t-il annoncé.Le ministère de l’Environnement, du Développement durable, de la Faune et des Parcs a consenti une aide de 20 000 $ à l’OBV Yamaska pour l’organisation des États généraux. L’annonce en avait été faite le 24 juillet 2012 par l’ancien ministre, Pierre Arcand.

image