4 février 2016
Le Groupe Robin souffle ses quarante bougies
Par: Jean-Luc Lorry
Le Groupe Robin souffle ses quarante bougies

Le Groupe Robin souffle ses quarante bougies

Sur la photo dans l’ordre habituel, Nellie Robin, vice-présidente du Groupe Robin et son conjoint Mathieu Roy, Jonathan Robin, vice-président du Groupe Robin et sa conjointe Linda Grenon, Robert Robin, président et fondateur du Groupe Robin et sa conjointe Lise D’Amour. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Sur la photo dans l’ordre habituel, Nellie Robin, vice-présidente du Groupe Robin et son conjoint Mathieu Roy, Jonathan Robin, vice-président du Groupe Robin et sa conjointe Linda Grenon, Robert Robin, président et fondateur du Groupe Robin et sa conjointe Lise D’Amour. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Jeudi dernier, les propriétaires du Groupe Robin avaient convié amis, partenaires, fournisseurs et ­employés dans l’ancienne chapelle de la maison mère des Soeurs de Saint-­Joseph, reconvertie en immeuble ­résidentiel, pour célébrer les quarante ans de cette entreprise familiale solidement enracinée à Saint-Hyacinthe.

Publicité
Activer le son

Quelque 230 personnes ont répondu à l’invitation du Groupe Robin à la grande satisfaction de son fondateur, ­Robert Robin.

« Jamais, je n’ai regretté mon choix de devenir entrepreneur. Je tiens à remercier mes deux enfants d’avoir cru à mes ­visions. Comme père, je ne pouvais pas demander mieux que d’avoir Nellie et Jonathan à mes côtés », a mentionné Robert Robin.

Très tôt, ses deux enfants se sont ­impliqués dans l’entreprise. Nellie ­accompagnait dès l’âge de 8 ans son père sur les chantiers de construction. Quant à Jonathan, le jeune homme alors âgé de 12 ans tondait des gazons pour le compte de l’entreprise. « La force du Groupe Robin est la synergie qui existe entre mon père, mon frère et moi », estime Nellie Robin, jeune mère de deux enfants.

Les constructions Robert Robin ont ­vu le jour en 1975 dans le sous-sol de la résidence familiale jusqu’en 1987. ­Aujourd’hui, l’entreprise compte plus de 200 employés et compte déménager dans une tour de bureaux dernier cri que ­l’entrepreneur prévoit construire ­prochainement.

« Parfois les journées sont longues et les nuits sont courtes. Je me souviens m’être levé certains matins en me ­demandant comment j’allais faire ­face à mes ­obligations. Au fil des années, il fallait ­apprendre la patience et faire preuve d’une grande ténacité », a raconté M. Robin lors de son allocution.

Fier d’être Maskoutain

En regardant le chemin parcouru, Robert Robin est fier d’avoir apporté sa contribution au développement de Saint-­Hyacinthe. Cet apport important pour la municipalité a été salué par le maire de la ville.

« Le Groupe Robin est le plus important promoteur immobilier de notre ville. C’est une entreprise ­novatrice et qui est toujours tournée vers l’avenir. Elle n’a pas hésité à prendre le virage vert en construisant le premier hôtel à obtenir la certification LEED au Canada », a déclaré Claude ­Corbeil.

Les députées Chantal Soucy (provincial) et Brigitte Sansoucy (fédéral) avaient elles aussi quelques mots à adresser au Groupe Robin.

« Les citoyens sont chanceux de pouvoir compter sur une institution comme le Groupe Robin. Les membres de la famille Robin sont un exemple ­d’altruisme et de dévouement », a déclaré Brigitte Sausoucy.

Pour souligner cet anniversaire, la ­députée néo-démocrate a offert à la famille Robin quatre verres à vin à l’effigie du ­Parlement du Canada.

« Cela fait 40 ans que vous construisez avec nous notre belle capitale ­agroalimentaire. Vous pouvez être fiers d’avoir derrière vous de grandes réalisations », a souligné Chantal Soucy.

Les quelques prises de parole ont été conclues par la bénédiction du chanoine Gaston Giguère.

image