8 novembre 2012
Aréna à trois glaces
Le gymnase de Fadette n’est pas menacé
Par: Le Courrier

Même si la venue d’un aréna à trois glaces ferait achopper le projet de construction d’une palestre à l’école Fadette, la construction du nouveau gymnase adjacent cette école secondaire, elle, ne sera pas menacée.

publicité

162ec2s-gym

La Ville de Saint-Hyacinthe était le principal partenaire de la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe (CSSH) dans le projet de demande d’ajout d’espace déposé au ministère de l’Éducation (MELS) plus tôt cette année.

Ce projet d’infrastructure incluait l’aménagement d’une palestre pour accueillir le club de gymnastique civil, mais aussi d’un gymnase, de deux locaux de classe et d’un local de technologie. Or, si l’aréna à trois glaces devenait réalité, le club de gymnastique serait plutôt logé à l’aréna C.-A.-Gauvin, transformé en complexe multisports. Les organisations civiles de judo, d’haltérophilie et de boxe, qui avaient été exclues du projet de palestre à l’école Fadette, déménageraient aussi leurs pénates à La Providence. Tous les clubs sportifs trouvant ainsi chaussure à leur pied, une participation financière municipale au projet de l’école Fadette serait caduque. Il semble toutefois que le désistement de la Ville ne met pas en péril la construction du gymnase et des locaux. « La part de la Ville [quelque 2,25 M$] était spécifiquement dirigée vers la construction de la palestre. Le reste du projet verra le jour quand même. Ça n’y change rien », a assuré David Bousquet, qui porte à la fois les chapeaux de conseiller municipal et de commissaire scolaire.La CSSH, qui avait décidé d’aménager cette nouvelle infrastructure sportive avec ou sans la participation financière du ministère de l’Éducation, ira aussi de l’avant avec ou sans celle de la Ville. « On a des besoins auxquels on doit répondre et on ne peut plus attendre, a dit le président de la CSSH, Richard Flibotte. Je ne cacherai pas que c’était une déception de voir la Ville se retirer du projet, parce que les élèves et la population auraient certainement bénéficié de la palestre et de ses équipements. Mais on comprend qu’avec la transformation de l’aréna C.-A.-Gauvin en complexe sportif, la Ville n’a plus d’intérêt à loger son club de gymnastique à l’école Fadette. »?Fadette, qui offre les programmes sports-études et qui accueille désormais des élèves de tous les niveaux du secondaire, tente désespérément d’obtenir la construction d’un gymnase digne de ce nom depuis 2004. Après plusieurs tentatives infructueuses, la CSSH s’était tournée vers la Ville de Saint-Hyacinthe pour donner du poids à sa demande. L’administration municipale devait défrayer 40 % du coût total de construction, évalué à 5 M$. Selon ce montage financier, la CSSH contribuait quant à elle à la hauteur de 30 % (1,5 M$) et demandait au ministère de l’Éducation de subventionner 25 % (1,25 M$). « Avec un partenaire comme la Ville de Saint-Hyacinthe, on pensait pouvoir convaincre le Ministère de s’impliquer financièrement. C’était en quelque sorte un argument. Mais nous n’avons pas obtenu de réponse positive et nous avons choisi d’aller de l’avant quoiqu’il arrive. En ce sens, le désistement de la Ville ne vient pas compromettre un investissement du MELS, puisque nous n’en avons pas reçu et que nous ne l’attendons plus pour avancer », conclut M. Flibotte. La Commission scolaire de Saint-Hyacinthe attend l’autorisation du MELS pour emprunter les sommes nécessaires à la construction du gymnase.

image