21 mars 2013
Le hockey en pleine expansion à Saint-Hyacinthe (3)
Par: Le Courrier
L'équipe Saint-Hyacinthe Autoparts en 1932

L'équipe Saint-Hyacinthe Autoparts en 1932

Le début des années 1930

Publicité
Activer le son

Le début des années 1930

Au tournant des décennies 1920 et 1930, le hockey maskoutain poursuit son développement selon le modèle adopté au cours des années 1910. À cela, il faut ajouter que depuis 1926, un circuit local permet à quelques dizaines de joueurs de se mesurer afin de déterminer le club champion de la ville.

Une formation regroupant les meilleurs joueurs représente Saint-Hyacinthe lors de rencontres organisées à la suite de défis lancés à des clubs provenant de villes voisines. Qu’ils rendent visite ou qu’ils reçoivent les autres formations, les organisateurs d’événements de ce genre trouvent leur compte en monnayant le spectacle qu’ils présentent. En ces temps où la télévision et l’Internet n’existent pas, les joutes de hockey attirent toujours quelques centaines de spectateurs. Mais un jour ou l’autre, il faudra bien que Saint-Hyacinthe se dote d’un stade couvert afin que le club élite local puisse faire partie d’une ligue organisée.

Les formations All Stars

Au début des années 1930, une formation All Stars relève les défis qui lui sont lancés. Ces défis ne sont pas l’apanage des clubs élites, car l’équipe « Maskoutain » de la Ligue de la Cité et le St-François-Xavier de la ligue junior participent également à des événements de ce genre.

Mais les organisateurs sont parfois déçus, comme cela survient le 29 février 1932. Ce soir-là, plusieurs spectateurs se présentent à la patinoire pour assister à la partie entre Saint-Hyacinthe et Drummondville. Après une longue attente, la partie est annulée, car les joueurs de Drummondville brillent par leur absence. Selon le journaliste du Clairon, cette défection est une première dans les annales du hockey maskoutain.

Une autre première

Lors de la saison 1932-1933, les amateurs de hockey maskoutains ont quelque chose d’intéressant à se mettre sous la dent. En effet, à la fin de l’automne, on apprend qu’une équipe locale fera partie de l’Association provinciale de hockey. Cette ligue est formée de cinq clubs visiteurs et de cinq clubs receveurs.

Saint-Hyacinthe fait partie des clubs receveurs en compagnie de Sorel, Boucherville, Longueuil et Valleyfield. Les Maskoutains affrontent ainsi les équipes Millionaires, Dechaux, Café St-Jacques, Maison Joly et fils d’Italie qui proviennent toutes de Montréal. Le calendrier de l’équipe locale comporte dix parties, jouées entre le 18 décembre et le 19 février 1933. Il va sans dire que le climat joue un certain rôle sur la présentation des parties qui se déroulent à la patinoire Laframboise, située près du Manège militaire.Le 18 décembre 1932, malgré un grand froid, une foule estimée à 1 000 personnes assiste au match d’ouverture. À sa première partie dans une ligue organisée, le club du gérant P. Demers prend la mesure des Millionnaires 4 à 3. L’équipe maskoutaine tire bien son épingle du jeu, car elle possède une bonne ligne offensive composée d’A. Cantin, A. Lavigne, que l’on qualifie d’un des meilleurs joueurs du circuit, et du jeune Oscar Aubuchon qui célèbrera ses 16 ans un mois plus tard. Lors de la dernière partie de la saison, les Maskoutains remportent la victoire sur la Maison Joly lors d’un spectacle décevant, car « le soleil avait rendu la glace assez molle, et achevait presque de la faire fondre, sur le bord des bandes, ce qui rendit le jeu moins excitant pour les équipiers », affirme le journaliste du Clairon. Une semaine plus tard, les Maskoutains s’inclinent en demi-finale face aux Millionnaires par le compte de 7 à 5.La saison suivante, la formation « toute étoile » n’est pas invitée à prendre part à un circuit provincial, car on réclame un stade couvert. Malgré tout, en novembre 1934, un groupe de sportifs fondent le Club de hockey de Saint-Hyacinthe qui, tout comme les Red Indians la saison suivante, jouera ses parties en acceptant des défis. Ce système perdurera jusqu’à l’arrivée des Gaulois au début des années 1940.

Sur la scène locale

Pour être en mesure de former une équipe All Stars, les joueurs doivent avoir la possibilité de démontrer leur talent. Pendant toute la décennie 1930, les joueurs adultes pourront pratiquer leur sport favori dans le cadre d’une ligue organisée.Au début des années 1930, la Ligue de la Cité regroupe quatre clubs qui disputent chacun une douzaine de parties. Les clubs s’affrontent sur la patinoire du marché à foin, là où se trouve actuellement le parc Bouchard au centre-ville. La saison 1930-1931 se déroule de la mi-décembre jusqu’au début de février. La saison se solde par le couronnement du club « Maskoutain », qui reçoit une coupe offerte par la succursale locale de la Banque Canadienne du Commerce. À suivre.

image