29 novembre 2012
Chrysler 300
Le luxe à l’américaine
Par: Marc Bouchard

Je le sais, les mauvaises langues vous diront que le Chrysler 300 a tout de la voiture de rapper chic américain. Ce qui n’est pas tout à fait faux, surtout quand il est noir et doté de roues chromées aux dimensions imposantes.

Mais le Chrysler 300, outre ses allures un peu arrogantes et débordantes, est d’abord et avant tout une voiture confortable, agréable en conduite et totalement spacieuse.

En fait, elle pourrait bien être la meilleure des Chrysler disponibles et une des meilleures jamais construites, rien de moins.

Rapper ou papa

En matière de style, la 300 est, disons-le, imposante. Ses dimensions sont plus grandes que la moyenne, et la voiture donne l’impression de s’allonger, gracieuseté notamment de sa ligne de toit plus abaissée.

Mais le vrai style de la 300 se trouve dans les blocs optiques avant, redessinés l’an dernier, et tellement stylés. Ils donnent l’impression que la voiture vous regarde directement dans les yeux. Ils encadrent aussi une grille de calandre bien découpée, dessinée pour asseoir littéralement la voiture. À l’arrière, les feux sont aussi imposants, cerclés de chrome, mais la ligne du coffre et l’inclinaison des piliers C donnent l’impression d’une voiture encore plus grande qu’elle ne l’est en réalité. Ajoutez à cela des roues de 20 pouces chromées, et vous aurez une voiture qui en jette, peu importe l’angle sous lequel vous la regardez. Dans l’habitacle, laissez aller votre imagination. Tous les accessoires y sont, dans un tableau de bord moderne, mais chic et de bon goût. Une bonne note notamment pour l’éclairage des cadrans qui rend la lecture simple et agréable, tout en imposant son style plus moderne. Sincèrement, une belle réussite qui impressionne. Quant à l’espace dans l’habitacle, soyez rassurés, vous pourrez y asseoir votre couple et trois passagers sans qu’il n’y ait de lutte pour l’espace de survie. Le dégagement est imposant pour la tête et les jambes et personne ne s’y sent à l’étroit. Grandes dimensions aidant, ce vaste espace se transporte aussi dans le coffre arrière, capable de transporter les bagages des cinq occupants sans lutter encore une fois pour trouver un recoin.

Sur la route

Je l’avoue, j’aime conduire la Chrysler 300 pour son côté rassurant et agréable. Sa puissance (les 292 chevaux de la version de base, ou les 363 chevaux de la version V8 Hemi) se montre plus que suffisante pour mouvoir avec aisance la grosse voiture.

Mais parce que je connaissais déjà la voiture, j’ai fait appel à des testeurs indépendants, ma fille et son mari, un couple dans la mi-vingtaine, pour évaluer la 300. Une fois la première impression passée (la voiture est avouons-le, spectaculaire pour qui conduit habituellement une compacte), les deux sont unanimes : la conduite est stimulante et nettement moins pépère que ne laisse présager le format de la 300. Conducteurs désignés pour un aller-retour en zone métropolitaine, les deux jeunes essayeurs ont tous deux apprécié le confort de la conduite, mais ont déploré un peu le manque de sensibilité de la direction, surtout quand est venu le temps de stationner la bête au centre-ville de Montréal. En revanche, lui comme elle n’ont encore que de bons mots pour la qualité de l’habitacle et la qualité aussi du système de son qui équipait la 300. Il faut dire que leurs goûts musicaux sont un peu différents des miens et s’écoutent à un niveau de volume un peu différent du mien! Parmi les bons points, il faut apprécier la nouvelle boîte de vitesses à 8 rapports qui équipait notre voiture d’essai. Ses montées sont fulgurantes et ses rétrogradations surprenantes de précision. Ô joie, jumelé au moteur V8 qui désactive quelques-uns de ses cylindres à vitesse de croisière, on se retrouve avec une économie d’essence raisonnable (même si Fillette et Gendre ont trouvé que la somme requise était un peu plus élevée que leur budget habituel).

En résumé

Spacieuse, confortable, vive, mécaniquement bien équilibrée (et pour ceux qui ont la fibre patriotique, assemblée au Canada), la Chrysler 300 est certainement un bel exemple d’équilibre même si ses dimensions sont un peu plus imposantes.

La dernière pensée revient cependant à Fillette, qui n’est pas encore totalement remise de son essai, mais qui chaque jour, quand elle prend le volant de sa voiture, se sent à l’étroit.

Forces :

– Look agréable – Habitacle bien pensé – Boîte de vitesses réussie

Faiblesses :

– Dimensions imposantes – Consommation – Coût des versions plus élevées

Fiche technique

Moteur : V8 5.7L DACT 24 soupapes Puissance (ch@tr/min) : 363 @ 6350 Roues motrices : Arrière Transmission : Automatique à 8 rapports Consommation : 12,3 l aux 100 km (observé) Prix : 42 790 $

image