15 novembre 2018
Asphaltage devant chez lui
Le maire Carpentier reconnaît son erreur
Par: Benoît Lapierre
Gilles Carpentier, maire de Sainte-Marie-Madeleine. Photothèque | Le Courrier ©

Gilles Carpentier, maire de Sainte-Marie-Madeleine. Photothèque | Le Courrier ©

Le maire Carpentier a dû payer une petite partie de l’asphalte qui a été posée sur son tronçon de rue, à sa demande. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Le maire Carpentier a dû payer une petite partie de l’asphalte qui a été posée sur son tronçon de rue, à sa demande. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Le maire de la Paroisse de Sainte-Marie-Madeleine, Gilles Carpentier, a dû s’expliquer devant son conseil pour avoir commandé des travaux additionnels d’asphaltage sur le boulevard Rodrigue, devant chez lui, pendant l’exécution d’un contrat municipal.

publicité

Il a reconnu avoir demandé lui-même à une équipe de l’entrepreneur général, Les Entreprises Michaudville, d’ajouter cette section de 19,5 m aux 50 m déjà prévus pour qu’un segment asphalté l’année dernière soit rejoint.

« Je pensais bien faire, et pour le bien de tout le monde », a-t-il expliqué au COURRIER,reconnaissant son erreur. Ce faux pas lui a valu un article en page 20 du Journal de Montréal de même qu’une réprimande de la part de ses six conseillers, lesquels ont produit un communiqué qu’ils ont fait lire à la directrice générale, Lucie Paquette, à la séance du conseil du 29 octobre.

Ils lui ont aussi signifié qu’ils se dissociaient de son équipe « Renouveau Sainte-Marie-Madeleine », laquelle avait été élue en bloc aux élections de novembre 2017, au terme du règne du maire Simon Lacombe.

« En réalité, nous lui avons juste dit que nous ne siègerions plus au conseil en tant qu’équipe, mais tous comme conseillers indépendants », a indiqué Pascal Daigneault, un conseiller joint par LE COURRIER.

Dans leur communiqué qui a été affiché sur le site de la municipalité, les conseillers soulignent qu’ils ont rencontré les représentants du ministère des Affaires municipales et l’avocate des services juridiques de la MRC des Maskoutains – Me Josée Vendette – au sujet des règles à respecter en matière d’adjudications de travaux.

« Le maire, Monsieur Gilles Carpentier, a précisé qu’il croyait disposer du pouvoir d’autoriser le pavage recommandé d’une section additionnelle du boulevard Rodrigue, vu l’urgence de prendre la décision en raison des travaux en cours de réalisation ». Le texte précise que le maire reconnaît qu’il a posé un geste maladroit pouvant laisser croire qu’il voulait tirer avantage de la situation.

« Conformément à la Loi sur l’éthique et la déontologie en matière municipale, il accepte le blâme de ses pairs et accepte de remettre l’avantage qu’il pourrait avoir reçu desdits travaux en remboursant à la municipalité une somme équivalente à la portion du pavage fait en front de sa propriété. »

M. Carpentier a effectué un paiement de 250 $, coût estimé de la bande d’asphalte posée devant chez lui. « Pour moi, ça représentait 10 pieds par 60 pieds », a-t-il précisé.

Le contrat de 184 606 $ accordé à Michaudville le 18 août 2018 prévoyait notamment 2,35 km d’asphaltage sur huit tronçons de rues et chemins, dont le boulevard Rodrigue, de la rue des Pins à la rue des Cyprès (50 m), suivant une liste qui avait été approuvée le 5 juillet. Le travail s’est finalement achevé près de la rue des Ormes, sur une distance ajoutée de 19,5 m et à un coût additionnel de 2820 $. 

image