29 août 2013
Le maire martyr
Par: Christian Vanasse
publicité

Stéphane Gendron, le controversé maire d’Huntingdon, est furieux contre le conseil municipal qui refuse un projet de cimetière musulman dans le quartier industriel. Il accuse ses collègues de faire preuve de « racisme institutionnalisé » en les traitant au passage de tous les noms sur tous les toits.

Il annonce ensuite sa démission, mais reste maire, sans toutefois participer aux assemblées. Il poursuivra la défense de son projet devant le conseil… euh? Sa ligne est claire, ce sera le zigzag. Je ne me prononcerai pas sur la pertinence ou non du projet en litige, cela regarde les citoyens de l’endroit, mais j’ai la vague impression qu’à travers ce cimetière, le maire tente de se faire martyr. En creusant lui-même son trou avant qu’on ne décide de l’enterrer le 3 novembre. Politiquement parlant bien sûr. N’envoyez pas de fleurs, mais un don à la société de protection de la démocratie serait bienvenu. Ce serait une sortie peu surprenante pour ce personnage politique « coloré », tout en nuance de brun, qui aime garrocher ses opinions sur la place publique en bombant le torse. Gendron, c’est Régis Labeaume avec des bottes en cuir et une cravache.Sa conception de la démocratie est celle du chauffeur de bus, à l’image de son idole André Arthur; « Assisez-vous en arrière, farmez vos boîtes, pis laissez moé chauffer! » Certains aiment ce style autoritaire et frondeur qui fait passer la vulgarité pour le franc-parler, la démagogie pour les vraies affaires, qui confond l’agora avec l’aréna à grands coups de pétage de bretelles et de coche. Bref, l’antithèse d’un réel démocrate. Sa bruyante démission annonce-t-elle un passage au provincial? Rien n’est moins sûr tant il répète qu’il n’acceptera pas d’être dans un parti dont il ne serait pas le seul et unique cheuf. On va être tranquille pour un bout.

image