31 mars 2016
Usine Olymel de Saint-Hyacinthe
Le marché international force des mises à pied
Par: Jean-Luc Lorry
L’usine de transformation de porc Olymel de Saint-Hyacinthe. Photo François Larivière | Le Courrier ©

L’usine de transformation de porc Olymel de Saint-Hyacinthe. Photo François Larivière | Le Courrier ©

La baisse des commandes sur le marché international force Olymel à procéder dès le lundi 4 avril, à la mise à pied de 78 employés à son usine de Saint-Hyacinthe.

Publicité
Activer le son

« La prolongation de l’embargo de la ­Russie sur les importations de produits ­alimentaires ajoutée à la baisse des ­commandes provenant du marché ­australien sont les deux raisons de ces ­mesures temporaires », explique Richard Vigneault, porte-parole d’Olymel, en entrevue au COURRIER.

Celui-ci précise que le chef de file de la transformation de viande au Québec doit composer avec une concurrence ­américaine féroce en Australie.

L’établissement maskoutain spécialisé dans le désossage de fesses de porc ­emploie habituellement 501 personnes sur deux quarts de travail cinq jours par semaine.

La direction d’Olymel espère que les ­employés concernés par ces mises à pied pourront être rappelés en deux ­vagues, la première prévue fin mai et la ­seconde fin juin.

« Ces mises à pied temporaires se feront selon les dispositions de la convention ­collective, tient à préciser Richard ­Vigneault. Nous allons faire notre possible pour relocaliser ces employés dans d’autres usines comme celles de Saint-Damase, de Sainte-Rosalie et de Saint-Jean-Baptiste. »

En plus du marché australien, la production de l’usine Olymel de Saint ­Hyacinthe est destinée aux usines de transformation de Trois-Rivières et de St-Henri de Lévis. Une part ­importante des commandes de l’usine de la rue St-Jacques prenait la direction de la Russie avant l’embargo décrété à l’été 2014.

En mai dernier, Olymel avait procédé à la mise à pied de 88 employés dans la même usine, en raison d’une baisse temporaire du carnet de commandes.

La direction avait réussi à réintégrer l’ensemble des travailleurs.

image