1 août 2019
Lutte
Le Maskoutain Mikael Bonneau aura un essai à la WWE
Par: Maxime Prévost Durand

Le Maskoutain Mikael Bonneau, connu dans le monde de la lutte québécoise sous le nom Mike Marston, fera un pas de plus vers les rangs professionnels en participant aux essais canadiens de la WWE, à Toronto, la semaine prochaine. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Un Maskoutain frappe aux portes de la WWE, la plus importante fédération de lutte professionnelle sur la planète. Mikael Bonneau, qui porte le nom Mike Marston lorsqu’il monte dans l’arène, se rendra à Toronto la semaine prochaine pour participer à des essais canadiens de la WWE. Ceux-ci se tiendront en marge du week-end de Summerslam, le plus gros événement estival de la fédération.

publicité

Membre du dojo de la Torture Chamber Wrestling, à Montréal, depuis près de cinq ans, Mikael Bonneau a appris il y a seulement un peu moins d’un mois qu’il allait profiter de cette opportunité. Un rêve avec un grand « R » pour le jeune homme de 25 ans.

« Le stress monte à chaque minute qui passe, lance-t-il en riant, lors d’une rencontre avec LE COURRIER. Je suis confiant, mais j’ai aussi peur comme je n’ai jamais eu peur dans ma vie. Je pense que je fais tout correctement pour affronter ce que je vais vivre pendant trois jours à Toronto. »

Le Maskoutain deviendra le troisième membre de la Torture Chamber Wrestling à participer à des essais avec la WWE, après Dom Boulanger, en 2018, et Flo Riley, plus tôt cette année. Mikael y sera en compagnie d’un autre athlète du dojo, Mustapha Jordan. En tout, ils ne seront que quatre Québécois – du moins, qui ont été annoncés jusqu’ici – à être invités à Toronto pour ces essais canadiens. Les autres sont Maxim Lemire et Meave O’Farrell.

Là-bas, les lutteurs participeront notamment à une journée d’entraînement, à des évaluations en combat et ils devront présenter une promo et se soumettre à des tests médicaux.

« Comme Dom et Flo ont déjà fait des tryouts, j’ai eu un peu de feedback sur comment ça se passe. C’est bon pour moi parce que ça me permet de bien me préparer, mais ça fait presque peur en même temps parce que [les gens de la WWE] savent que deux autres lutteurs de notre dojo sont allés et que je sais à quoi m’attendre. »

Depuis qu’il a commencé à lutter il y a cinq ans, Mikael Bonneau n’avait qu’un seul objectif : la WWE. « Je ne connaissais rien des circuits indépendants au Québec au début. Je ne connaissais que la WWE et la TNA, qui est maintenant Impact. Je savais qu’il y avait aussi pas mal de lutte au Japon et au Mexique, mais c’est tout. Mon but a toujours été la WWE et ça va toujours le rester. Quatre ans après avoir disputé mon premier combat, je suis à deux doigts d’y aller! »

Un parcours sinueux

La route pour s’y rendre a toutefois été plutôt sinueuse, alors qu’il y a eu des hauts, mais aussi plusieurs bas. Lorsqu’il a fait son entrée au dojo de la Torture Chamber Wrestling, le gaillard de 6 pieds 2 pouces pesait 280 lb et n’affichait pas la plus grande forme. Malgré tout, son entraîneur Dru Onyx a vu un grand potentiel en lui et l’a fait passer aux cours avancés après seulement quelques semaines de pratiques. Rapidement, Mikael Bonneau a perdu tout près de 60 lb et a appris les rudiments de la lutte. Environ sept mois plus tard, il disputait son premier combat dans un gala présenté tout près de Saint-Hyacinthe, à Acton Vale, lors du Show de la rentrée.

« Ça avait super bien été, se souvient-il. Je faisais un combat avec Dom Boulanger, c’était notre premier combat à tous les deux et personne n’aurait pu dire que c’était notre premier tellement ça a bien été. »

Les premières embûches sont toutefois apparues peu de temps après. « Pour Dom, ça a continué de bien aller, mais dans mon cas, j’ai pris une petite drop. J’ai eu une période où ça allait moins bien, je fumais, je consommais et je buvais. Je suis retourné à 290 lb. Puis, j’ai vu Dom avoir son tryout avec la WWE et je me disais que je pourrais être là moi aussi. À ce moment, j’ai changé carrément de vie, j’ai mis un terme à tout ça [la consommation] et un an plus tard, j’ai un essai à la WWE », raconte celui qui fait maintenant osciller la balance à 215 lb.

Un moment spécial

Si le nom de Mike Marston vous dit quelque chose, c’est que vous étiez probablement présent lors du gala Lutte pour la cause, présenté au Centre de congrès de Saint-Hyacinthe, au profit de Leucan Montérégie, en juin. Ce soir-là, le héros local a remporté son premier titre individuel, la ceinture de champion NWA British Commonwealth.

« C’était exceptionnel comme moment. Ma grand-mère était présente et c’est avec elle que j’ai commencé à écouter la lutte. De gagner aussi devant ma mère, mon père, ma sœur, mon parrain, des amis et même des gens qui étaient là pour moi et que je ne connais même pas, c’était spécial. »

Ce que Mikael Bonneau s’apprête maintenant à vivre à Toronto la semaine prochaine pourrait marquer un tournant important dans sa carrière. Ultimement, cela pourrait lui permettre d’intégrer le Performance Center, un centre d’entraînement destiné à former la prochaine génération de vedettes de la WWE. Deux Québécois s’y trouvent actuellement, soit Matt Lee (anciennement connu sous le nom Big Magic sur la scène indépendante) et Scott Parker. Deux autres représentants de la Belle Province, Kevin Owens, de Marieville, et Sami Zayn, de Laval, figurent quant à eux depuis les dernières années parmi les plus grandes vedettes de la fédération. On peut d’ailleurs les voir chaque semaine à la télévision à Raw et à Smackdown, les deux émissions hebdomadaires diffusées à grande échelle par la WWE. « Si Kevin Owens de Marieville l’a fait, Mikael Bonneau de Saint-Hyacinthe peut le faire », conclut le Maskoutain.

image