11 juillet 2013
Le meilleur et le pire
Par: Christian Vanasse
publicité

Les tragédies ont cette particularité de faire surgir le meilleur, comme le pire, de l’être humain. Des gestes de grande bravoure, de solidarité, d’intelligence et de compassion humaine, mais aussi la lâcheté, l’insensibilité ou la totale incompétence.

Le pire ira à cette compagnie ferroviaire américaine et son président qui ont sans doute produit le plus pathétique communiqué de l’histoire québécoise, traduit dans un affreux français sur Google translate. Alors qu’il aurait dû être présent dès les premières heures pour supporter la population touchée, Ed Burkhardt a plutôt choisi de se terrer dans son bureau et blâmer les autres. Lui et sa compagnie en paieront assurément le prix. Viennent ensuite les petits voleurs qui ont profité du drame pour commettre des vols dans les maisons abandonnées, une bassesse tristement ordinaire. Puis, les ministres fédéraux Lebel et Paradis qui ont profité de l’occasion pour défendre becs et ongles les sables bitumineux et le transport de pétrole en affichant un jovialisme indécent face à la catastrophe. De bien petits hommes. Mais… aussi le meilleur. Pompiers et sauveteurs bien sûr, les bénévoles qui sont venus leur prêter main-forte, assister les victimes, les loger, les nourrir. Et certains élus, qui auront fait leur travail de façon admirable. Pensons à Amir Khadir de Québec Solidaire, à Ghislain Bolduc député libéral de la circonscription, François Bonnardel de la CAQ, Maurice Bernier préfet de la MRC du Granit et surtout la mairesse de Mégantic, la très forte Colette Roy-Laroche qui a été, sans jeu de mots, un roc dans la tempête avec une performance solide, lucide et inspirante. C’est ce qu’on attend de nos élus. Qu’ils soient une lueur de bonté, de courage et d’intelligence à travers l’obscurité. Qu’ils nous montrent le meilleur côté d’eux-mêmes… et ce faisant, de nous tous.

image