4 janvier 2018
Le palmarès de nos nouvelles marquantes
Par: Rémi Léonard
L’ouverture du centre de congrès municipal

L’ouverture du centre de congrès municipal

Réseau Sélection : viendra, viendra pas?

Réseau Sélection : viendra, viendra pas?

Quand l’économie va tout va...

Quand l’économie va tout va...

Feu vert au tunnel Casavant

Feu vert au tunnel Casavant

Olymel : le meilleur et le pire

Olymel : le meilleur et le pire

Des maires restent; d’autres tirent leur révérence

Des maires restent; d’autres tirent leur révérence

Biométhanisation : de l’eau dans le gaz

Biométhanisation : de l’eau dans le gaz

Un attentat et des rapprochements

Un attentat et des rapprochements

Une Église en mouvement

Une Église en mouvement

Prêchons pour notre paroisse

Prêchons pour notre paroisse

L’année 2017 n’a pas été reposante dans la grande région de Saint-Hyacinthe. Pour s’en convaincre, il suffit de consulter ce classement des 10 nouvelles qui se sont particulièrement démarquées et dont on se souviendra, pour diverses raisons.

publicité

L’ouverture du centre de congrès municipal
La déprime économique provoquée par l’agonie de l’Hôtel des Seigneurs et de son centre de congrès n’est plus qu’un mauvais souvenir. L’ouverture récente, mais quelque peu précipitée, du centre de congrès municipal de Saint-Hyacinthe laisse entrevoir le retour des beaux jours et une relance certaine du tourisme d’affaires. L’ouverture de l’hôtel Sheraton quelque part au printemps consolidera le tout. L’investissement municipal dans ce projet s’élève tout de même à plus de 30 M$.

Réseau Sélection : viendra, viendra pas?
Voici sans contredit le dossier qui a été le plus controversé au niveau municipal en 2017. L’implantation d’une résidence de luxe pour personnes âgées du promoteur lavalois Réseau Sélection au centre-ville divise encore et toujours les Maskoutains. La Ville de Saint-Hyacinthe a déjà dépensé des sommes considérables pour préparer sa venue, en achat et en démolition d’immeubles. Une nouvelle année débute, mais personne ne semble trop savoir sur quel pied danser, même à l’hôtel de ville où l’unanimité du conseil autour du projet ne semble plus acquise.

Quand l’économie va tout va…
L’année 2017 n’aura pas été trop mauvaise pour l’économie maskoutaine. Les chantiers se sont multipliés, particulièrement dans le secteur nord de la ville. On note aussi des investissements majeurs réalisés par des employeurs dynamiques, dont Délimax avec l’acquisition d’Écolait, le Groupe Robin et ses multiples projets, Câbles Ben Mor en mode expansion, l’implantation du bureau régional de Shur-Gain et l’arrivée de la Meunerie Côté-Paquette avec un investissement de 30 M$ et la création de 15 emplois.

Feu vert au tunnel Casavant
Incroyable, mais vrai, les travaux en vue de l’aménagement d’un tunnel devant permettre le prolongement du boulevard Casavant ont débuté en fin d’année. Tout cela grâce à des subventions de 8 M$ arrachées aux deux paliers de gouvernement supérieur. On espérait un peu plus significatif comme aide financière compte tenu de l’ampleur de la facture anticipée, autour de 34 M$. On se consolera en se disant que la Ville de Saint-Hyacinthe n’a pas réussi à obtenir un seul sou noir en subventions pour son centre de congrès municipal.

Olymel : le meilleur et le pire
Le géant de la transformation agroalimentaire a été très actif au cours de la dernière année. Il a surtout concrétisé la fin annoncée en 2016 des activités de découpe de porc à Saint-Hyacinthe. Malgré ses efforts pour relocaliser le plus grand nombre possible de travailleurs, les mises à pied se sont élevées à environ 245 sur une possibilité de 401. Olymel a par ailleurs réglé le conflit avec ses ex-travailleurs de l’usine de Saint-Simon en leur versant quelque 9,5 M$ en indemnités. Elle a aussi poursuivi ses démarches en vue de l’implantation d’un centre de traitement de boues d’abattoir à Saint-Pie.

Des maires restent; d’autres tirent leur révérence
Les élections municipales du 5 novembre ont apporté un peu de renouveau dans les municipalités de la MRC des Maskoutains. On retiendra tout particulièrement la réélection du maire Claude Corbeil et la défaite des conseillers sortants Alain Leclerc, Jacques Denis et Sylvie Adam à Saint-Hyacinthe. Ailleurs, soulignons le départ des maires Simon Lacombe à Sainte-Marie-Madeleine, Yves Petit à Sainte-Hélène et Normand Corbeil du côté de Saint-Simon. Sans oublier la défaite surprise de la mairesse Raymonde Plamondon à Saint-Valérien.

Biométhanisation : de l’eau dans le gaz
En principe, l’usine de biométhanisation de la Ville de Saint-Hyacinthe aurait dû être inaugurée en 2017. Au budget de l’année courante, la Ville avait budgété des revenus de l’ordre de 2 M$ grâce au traitement des intrants et de 700 000 $ générés par la vente de biogaz. Malheureusement, la Ville attend toujours de recevoir le feu vert du ministère de l’Environnement avant de pouvoir amorcer sa production de biométhane. Ce ne serait plus qu’une simple formalité nous dit-on. On reverra sans aucun doute la biométhanisation à notre top 10 de 2018.

Un attentat et des rapprochements
L’attentat à la mosquée de Québec est sans contredit la nouvelle qui a marqué l’actualité au Québec en 2017. Localement, l’onde de choc s’est fait ressentir jusqu’au Centre islamique maskoutain. Les dirigeants ont eu l’idée lumineuse d’organiser une opération portes ouvertes dans l’espoir d’amorcer un rapprochement avec le reste de la communauté maskoutaine. Voilà une initiative qui mériterait d’être répétée. Il y a aussi eu une vigile à la mémoire des innocentes victimes au parc Casimir-Dessaulles.

Une Église en mouvement
Changement de garde notable au niveau du diocèse de Saint-Hyacinthe avec la nomination du nouvel évêque Christian Rodembourg, en remplacement de Mgr François Lapierre. Après un mandat qui s’est étiré sur pratiquement 20 ans, notre bon évêque émérite profite d’une retraite bien méritée. L’arrivée de son successeur a malheureusement coïncidé avec la démolition d’une toute première église à Saint-Hyacinthe, celle du Sacré-Coeur-de-Jésus. Le site fera place à un parc communautaire et commémoratif de l’incendie de l’ancien collège.

Prêchons pour notre paroisse
On entend beaucoup parler des misères de la presse traditionnelle et de la presse régionale en cette fin d’année, et nous ne pouvons certes pas nier que produire un journal papier de qualité chaque semaine est un combat de tous les instants. C’est toutefois avec une confiance inébranlable en l’avenir que DBC Communications a profité des opportunités qui se sont présentées en 2017 pour accroître son rayonnement. Cela s’est traduit par l’achat de L’Oeil régional à Beloeil et des 2 Rives à Sorel-Tracy. Merci de nous faire confiance pour vous informer en 2018!

image