16 mai 2013
Premier roman pour Kim Messier
Le placard : briser le silence
Par: Le Courrier

Faute d’avoir accès à un corpus de littérature québécoise pour adolescents complet sur l’homosexualité, Kim Messier, enseignante de français au secondaire dans une école de Granby, a écrit le livre Le placard, publié en août chez les Éditions de Mortagne, dans la collection Tabou. Son but, éduquer et sensibiliser les jeunes à la réalité des lesbiennes.

Publicité
Activer le son

À 35 ans, Kim Messier réalise son rêve : écrire un livre. Ce sont les jeunes qu’elles côtoient ainsi que son entourage qui ont inspiré à l’auteure originaire de Saint-Hyacinthe son premier sujet. Parce que Kim Messier n’est pas gaie. Mais elle n’a jamais compris les préjugés persistants à l’égard de la communauté homosexuelle.

« J’ai toujours eu des personnes gaies dans mon entourage et je ne comprends pas pourquoi des gens sont méchants envers deux personnes qui s’aiment », dit Kim Messier. « Il m’arrive de rencontrer d’anciens élèves homosexuels qui ont vécu des moments difficiles pendant leur adolescence, poursuit l’auteure. Je me dis que si mon livre peut aider quelques jeunes à passer à travers cela, ce sera déjà très bien! » Léa est une adolescente ordinaire de 17 ans qui admet progressivement son attirance pour les filles. Elle passera à travers une gamme d’émotions et rencontrera Frédérique, une fille forte qui travaille dans les bars et dont elle tombera amoureuse. Il aurait pu être facile pour l’auteure de tomber dans la dramatisation ou les tourments intérieurs. Mais Mme Messier ne voulait pas faire de son personnage principal une victime. Elle voulait une histoire positive avec laquelle elle pouvait intégrer subtilement les ressources. C’est que dans la littérature québécoise pour adolescents, les livres traitant de la réalité des jeunes lesbiennes au secondaire sont presque inexistants. Et, contrairement à la croyance populaire, l’homosexualité au féminin est un sujet encore plus tabou que celle vécue chez les garçons, explique l’auteure.« Les femmes peuvent autant subir le sexisme que l’homophobie. On n’a qu’à regarder chez les personnalités publiques et l’on constate que peu de femmes dévoilent leur homosexualité. Et comme elles s’affichent moins, les jeunes filles ont moins de modèles et s’affirment moins. »

Sensibiliser par les mots

Parallèlement à la Journée contre l’homophobie qui se tiendra demain, Kim Messier a initié un projet de lutte contre l’homophobie dans sa classe. Depuis près d’un mois, ses élèves de 3 e secondaire survolent le sujet de l’homosexualité à travers la littérature québécoise.

Mais ses actions de sensibilisation ne s’arrêtent pas là. Classé parmi les palmarès des livres les plus vendus, Le placard a attiré l’attention de nombreux lecteurs, mais aussi de la communauté homosexuelle puisqu’elle sera invitée d’honneur aux côtés de l’auteur et dramaturge Michel Tremblay à la Fierté littéraire qui se tiendra dans le cadre de la Journée communautaire de Fierté Montréal, le samedi 17 août.Kim Messier lancera Coming out, la suite du livre Le placard, le 7 août.

image