29 juillet 2021
Plan particulier d’urbanisme
Le plan d’action pour le centre-ville dévoilé
Par: Sarah-Eve Charland

Plusieurs stationnements, dont celui à côté du Centre des arts Juliette-Lassonde, changeront éventuellement de vocation. Photothèque | Le Courrier ©

Après avoir reçu les recommandations de l’étude d’impact sur la santé du Plan particulier d’urbanisme (PPU), une version préliminaire du plan d’action a été soumise en consultation publique en pleine saison estivale. Le plan d’action présente une série de mesures, dont celle d’éliminer le plus possible les stationnements de surface dans le centre-ville et la piétonnisation de la rue des Cascades.

Publicité
Activer le son

Saint-Hyacinthe a lancé ses démarches en février 2019. À l’automne cette même année, elle a consulté les citoyens et différents groupes ciblés. Avec la firme AECOM Consultants, la Ville a travaillé et retravaillé à l’élaboration du PPU au cours de la dernière année. Le document préliminaire a été présenté en juin 2021 aux élus et à Chantier centre-ville avant d’être partagé sur le site Internet de la Ville.

La consultation publique touchant le document a été mentionnée par le maire de Saint-Hyacinthe lors de la dernière séance du conseil du 5 juillet et à l’intérieur d’une publication Facebook rédigée par la Ville dans les jours qui ont suivi. Les citoyens avaient donc trois semaines, jusqu’au 26 juillet, pour soumettre leurs commentaires à la Ville. À peine trois citoyens ont partagé leur avis à la Ville pendant cette période.

La Ville effectuera une dernière révision du PPU avant d’entamer le processus légal de consultation en vertu de la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme. Cette démarche sera lancée à la séance du conseil du 2 août. Les citoyens pourront participer à l’assemblée publique de consultation le 7 septembre. Les élus espèrent ainsi adopter le plan d’action en septembre avant le déclenchement des élections municipales.

Le document englobe une série de mesures touchant, entre autres, le réseau cyclable, les parcours piétonniers, la mixité des immeubles et le verdissement du quartier.

Réduire les stationnements de surface

Le conseil municipal compte changer la vocation des stationnements à l’arrière du Jean Coutu, à côté du Centre des arts Juliette-Lassonde et celui sur Calixa-Lavallée pour y intégrer des usages résidentiels. Dans les deux premiers cas, le plan d’action vise une réalisation dans un horizon de quatre ans. La Ville de Saint- Hyacinthe souhaite favoriser la création de stationnements souterrains et même un partage des cases avec le public pour le secteur adjacent au Centre des arts. La requalification du stationnement sur Calixa-Lavallée est prévue plutôt sur un horizon de 10 ans.

« L’objectif est de remplacer les îlots de stationnements par des constructions où il y aura des stationnements souterrains et où il y aura du développement au-dessus. Ça pourrait être du développement mixte, par exemple. Les grandes mares de stationnements sont un peu une ancienne façon de faire qu’on gagnerait à revoir. Il faut mieux utiliser l’espace qu’on a », souligne la directrice des communications de la Ville, Brigitte Massé.

Cette dernière ajoute qu’il ne faut pas voir cela comme une disparition des stationnements. La Ville axera davantage sur des stationnements souterrains. Toutefois, avec la construction de nouveaux développements, les besoins en stationnement pourraient être amenés à croitre également. « Il faut évidemment considérer cet enjeu-là, poursuit-elle. Ce qu’on veut développer au centre-ville, c’est une culture moins axée sur l’automobile. Ça ne se fera pas en deux ans, c’est évident, mais à plus long terme. C’est pour ça qu’on a inclus différentes mesures touchant le transport actif. »

Le plan d’action vise à consolider aussi le stationnement situé sur le terrain d’Intact Assurance en y intégrant des stationnements souterrains ou étagés. Plusieurs îlots asphaltés sont aussi ciblés afin de les requalifier. C’est d’ailleurs parmi les objectifs de la Ville de réduire les aires de stationnement de surface au profit d’espaces verts.

« C’est évident que du stationnement, ça va toujours en prendre. Il faut maximiser ce qu’on a, soutient le maire Claude Corbeil. C’est évident qu’on ne peut pas prendre de baguette magique et tout faire disparaître demain matin. La vie continue. Il va falloir être en lien avec la réalité et s’adapter au fur et à mesure. […] On va responsabiliser de plus en plus les promoteurs des nouveaux édifices à avoir leur propre stationnement », soutient M. Corbeil.

Piétonniser la rue des Cascades

La Ville a inclus parmi ses orientations l’aménagement qui permettrait de faciliter la piétonnisation temporaire de la rue des Cascades entre les avenues Sainte-Anne et Mondor. Le projet est prévu d’ici 10 ans. Le maire reconnaît qu’il s’agit d’un élément sensible au centre-ville.

« Oui, c’est un défi, c’est clair. Dans le PPU, il y a des défis. Ce sera aux gens élus à travailler avec les intervenants. Piétonniser la rue, je l’ai vécu, ce n’est pas évident, mais c’est un élément parmi tant d’autres. Je pense qu’il y aura un moment pour appliquer chaque point dans le programme. Le groupe qui a travaillé sur ce programme-là a fait des recommandations. Le conseil en a pris note et s’il l’adopte, c’est parce qu’il a l’intention d’y arriver un moment donné », ajoute-t-il.

La Ville prévoit aussi un concept de rue piétonne et festive dans le secteur du Marché public sur les avenues Saint- François et Saint-Simon pendant les périodes estivales sur un horizon de sept ans.

image