9 avril 2015
La MRC et les aînés
Le plan MADA activé
Par: Benoît Lapierre
Gabriel Michaud, directeur général de la MRC des Maskoutains, Francine Morin, préfet de la MRC, Raymonde Plamondon, présidente de la ­Commission permanente de la famille et Denyse Bégin, chargée de projet MADA et agente de communication à la MRC, au moment du lancement de la Politique et du plan d’action visant le mieux-être des aînés. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Gabriel Michaud, directeur général de la MRC des Maskoutains, Francine Morin, préfet de la MRC, Raymonde Plamondon, présidente de la ­Commission permanente de la famille et Denyse Bégin, chargée de projet MADA et agente de communication à la MRC, au moment du lancement de la Politique et du plan d’action visant le mieux-être des aînés. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Entreprise en février 2013 dans la MRC des Maskoutains, la démarche « Municipalité amie des aînés » (MADA) vient de se conclure par le lancement de la première Politique régionale des aînés et du plan d’action qui en découle.

publicité

La sortie des deux documents a été saluée tout récemment par les nombreux ­partenaires de la MRC dans le projet, à l’occasion d’une présentation qui eu lieu au restaurant Le Parvis. « Ce fut une ­expérience intéressante et enrichissante qui a placé les aînés au coeur de nos ­préoccupations à la MRC », a souligné Denyse Bégin, chargée de projet MADA et agente de communication à la MRC des Maskoutains.

La préfet de la MRC des Maskoutains, Francine Morin, a indiqué que la ­démarche MADA avait d’abord permis de jeter un éclairage nouveau sur la situation des aînés vivant sur le territoire de la MRC et de prendre en considération les ­souhaits qu’ils ont exprimés dans le cadre de la consultation publique. « Le plan d’action a été bâti à partir de ces ­éléments et plus que jamais, le conseil s’engage à « penser et agir aînés » lors de ses différentes prises de position », a-t-elle déclaré.

L’opération MADA s’est articulée ­autour d’un comité de pilotage formé de représentants des aînés, du milieu ­communautaire et des secteurs de la ­santé et de l’éducation, avec la collaboration des membres de la Commission ­permanente de la famille de la MRC. « Je remercie ces personnes pour leur ­implication et leur volonté de mettre en place une politique et un plan d’action qui soient fidèles aux souhaits exprimés par les aînés », a ajouté la présidente de la Commission, Raymonde Plamondon, maire de Saint-Valérien-de-Milton.

Au terme de la démarche menée auprès des aînés sur le territoire maskoutain, 13 municipalités ont adopté leur propre politique MADA assortie d’un plan ­d’action local. Il s’agit de Saint-Barnabé-Sud, Saint-Bernard-de-Michaudville, Saint-Damase, Saint-Hugues, Saint-Jude, Saint-Liboire, Saint-Louis, Saint-Marcel-de-Richelieu, Saint-Pie, Saint-Valérien-de-Milton, Sainte-Hélène-de-Bagot, Sainte-Marie-Madeleine et Sainte-­Madeleine.Denyse Bégin a signalé qu’en 2012, 17,3 % de la population de la MRC était âgée de 65 ans ou plus, et que cette proportion ­allait grimper à 24 % en 2024. En 2010, dans la MRC des Maskoutains, le revenu médian des personnes de ce groupe d’âge se situait à 20 481 $; toutefois, la proportion de gens vivant sous le seuil de la ­

Denyse Bégin a signalé qu’en 2012, 17,3 % de la population de la MRC était âgée de 65 ans ou plus, et que cette proportion ­allait grimper à 24 % en 2024. En 2010, dans la MRC des Maskoutains, le revenu médian des personnes de ce groupe d’âge se situait à 20 481 $; toutefois, la proportion de gens vivant sous le seuil de la ­pauvreté était deux fois plus élevée chez les femmes (6 %) que chez les hommes (3 %).

Demeurer chez elles le plus longtemps possible en bénéficiant de services de proximité est le premier souhait qu’ont exprimé les personnes ayant pris part à la consultation.

image