3 mars 2016
Le PQ courtise Saint-Hyacinthe
Par: Jennifer Blanchette
Le comté de Saint-Hyacinthe redeviendra un bastillon péquiste aux prochaines élections, ont promis les députés de la Montérégie réunis en sol maskoutain. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Le comté de Saint-Hyacinthe redeviendra un bastillon péquiste aux prochaines élections, ont promis les députés de la Montérégie réunis en sol maskoutain. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Le Parti québécois (PQ) entend bien ­regagner le comté de Saint-Hyacinthe aux prochaines élections, ont fait savoir cinq députés péquistes réunis en marge du caucus régional à la Société Saint-Jean Baptiste Richelieu-Yamaska, au centre-ville.

Publicité
Activer le son

« Nous avons choisi de venir à Saint-­Hyacinthe, un comté qui a été représenté par Émilien Pelletier et Léandre Dion, car nous voulons reprendre la ­circonscription », a lancé d’entrée de jeu le député de St-Jean, Dave Turcotte.

Invités à commenter le bilan de ­l’actuelle députée de Saint-Hyacinthe, Chantal ­Soucy, M. Turcotte et ses collègues se sont montrés insatisfaits du travail de la ­caquiste. « Lorsque M. Pelletier était ­député, les citoyens avaient un député qui connaissait ses dossiers et qui se levait à l’Assemblée pour poser des questions. »

Le député de Verchères, Stéphane ­Bergeron, en a profité pour décocher une flèche vers Chantal Soucy, la ­qualifiant de « versatile ». « Mme Soucy habite à Boucherville. Elle s’est présentée à Verchères en 2012, puis à Saint-Hyacinthe en 2014. C’est un peu versatile. »

Défense du milieu communautaire

Les cinq députés du caucus de la ­Montérégie ont profité de leur passage dans la région pour rencontrer les organismes communautaires maskoutains.

Selon le PQ, les politiques d’austérité du gouvernement de Philippe Couillard sont en train « d’étrangler » le milieu.

« L’action communautaire est menacée en raison de la vision dogmatique du ­gouvernement. Les organismes sont ­forcés de penser à leur survie plutôt qu’aux services qu’ils pourraient offrir », a martelé Dave Turcotte.

« Il y a une austérité sélective qui est en mise en place et c’est un subterfuge pour démanteler le réseau communautaire », a renchéri la députée de Taillon, Diane ­Lamarre.

Des rencontres avec les représentants de la Confédération des syndicats ­nationaux (CSN) et de l’UPA pour discuter de la privatisation de la SAQ et de la ­situation de l’acériculture étaient à l’agenda des élus péquistes.

Non à Énergie Est

Alors que le chef du PQ, Pierre-Karl ­Péladeau et le député de Jonquière, ­Sylvain Gaudreault, ont dû ajuster leurs violons quant à la position du parti face au projet d’oléoduc Énergie Est, ­dimanche, les élus de la Montérégie ont réitéré qu’ils étaient contre le projet.

Cette position ne sera pas appelée à changer, malgré l’injonction déposée mardi contre TransCanada par le ­ministre de l’Environnement, David Heurtel, afin de forcer l’entreprise à se conformer à la Loi sur la qualité de ­l’environnement.

« La question n’est pas de savoir s’il y aura un déversement, mais plutôt où et quand ça aura lieu, parce que ça aura lieu. Énergie Est est un projet d’appauvrissement du Québec et non d’investissement », a asséné la députée Martine Ouellet.

image