12 février 2015
Fin du tarif unique en garderie
Le PQ dénonce le silencede la députée Chantal Soucy
Par: Jennifer Blanchette
Le président du PQ de Saint-Hyacinthe, ­Frédéric St-Jean, reproche à la députée ­caquiste son silence face à la réforme de la ­tarification en services de garde.  Photo courtoisie

Le président du PQ de Saint-Hyacinthe, ­Frédéric St-Jean, reproche à la députée ­caquiste son silence face à la réforme de la ­tarification en services de garde. Photo courtoisie

La députée caquiste de Saint-­Hyacinthe, Chantal Soucy, ne place pas les intérêts des familles maskoutaines au coeur de ses priorités en gardant le silence sur les projets de loi entourant la modulation des tarifs en garderie et l’utilisation des places fantômes, accuse le président du Parti québécois (PQ) de Saint-Hyacinthe, Frédéric St-Jean.

Publicité
Activer le son

Selon le PQ, la députée ne place pas les intérêts des familles au coeur de ses priorités

« La CAQ s’est contentée de publier un communiqué pour dire qu’elle était ­d’accord avec la hausse des tarifs ­modulés selon le revenu des parents, mais le projet de loi des libéraux aura beaucoup d’autres effets. […] La ­population de Saint-Hyacinthe est en droit de savoir ce qu’en pense sa députée », affirme par communiqué M. St-Jean.

Il souligne entre autres que la ­modulation des tarifs fera écoper la classe moyenne autant que les familles à très hauts revenus et qu’il est ­inacceptable que les parents soient ­sanctionnés s’ils ont recours aux places fantômes en garderie.

Informée par LE COURRIER de cette missive mordante du PQ, la députée ­Soucy y voit plutôt une « tentative de ­désinformation ».

Elle rappelle que la CAQ « a fait reculer le gouvernement concernant les ­pénalités qu’il voulait imposer aux ­parents pour les places fantômes » et que son parti et elle « s’opposent vigoureusement à la modulation des tarifs de garderie au Québec ».

« D’insinuer que je n’ai pas à coeur le bien-être financier des familles de Saint-Hyacinthe est malhonnête », réfute la ­députée.

Tant la CAQ que le PQ sont toutefois d’accord pour affirmer que le gouvernement de Philippe Couillard a rompu sa promesse électorale en mettant fin au tarif unique.

Il s’agissait de la première sortie ­médiatique du PQ de Saint-Hyacinthe depuis la défaite en avril de l’ancien ­député, Émilien Pelletier.

D’après Frédéric St-Jean, le parti local s’est donné comme mandat, lors de ­l’assemblée générale de circonscription en décembre, de suivre l’évolution du projet de loi 27, motivant un retour dans l’actualité maskoutaine du PQ.

image