14 mars 2013
Pornographie juvénile
Le prêtre Daniel Moreau devra répondre de ses actes
Par: Maxime Prévost Durand
Daniel Moreau alors qu'il était curé dans la paroisse Notre-Dame-du-Très-Saint-Sacrement à Saint-Hyacinthe dans les années 1990.

Daniel Moreau alors qu'il était curé dans la paroisse Notre-Dame-du-Très-Saint-Sacrement à Saint-Hyacinthe dans les années 1990.

L’arrestation récente du prêtre Daniel Moreau, soupçonné de possession et de distribution de pornographie juvénile, a semé la consternation à travers tout le diocèse de Saint-Hyacinthe.

Publicité
Activer le son

Il faut dire qu’au cours des 30 dernières années, l’homme d’Église a oeuvré aux quatre coins du diocèse, prêchant l’Évangile de Granby à Sorel, en passant par Beloeil et Saint-Hyacinthe où il a exercé son ministère pendant les années 1990.

C’est cependant dans la région de Sorel, où il occupe le poste de prêtre modérateur aux paroisses Saint-Joseph et Saint-Pierre, qu’il a été arrêté le 7 mars.C’est les menottes aux poignets et sous escorte policière qu’il a quitté l’église Saint-Gabriel-Lalemant de la rue Du Roi de Sorel-Tracy. Il a été détenu durant quatre jours avant de comparaître en cour lundi dernier pour répondre à sept chefs d’accusation en lien avec la possession, l’impression et la distribution de pornographie juvénile. Il a été libéré au terme de sa comparution, mais en s’engageant à respecter diverses conditions, dont celles de ne pas être en contact avec des mineurs ni d’être en possession de matériel informatique jusqu’à son procès.Dès l’annonce de l’arrestation du prêtre Moreau, le diocèse de Saint-Hyacinthe n’a pas tardé à réagir par voie de communiqué. « Dans une telle circonstance, la politique du diocèse est très claire. Le prêtre est automatiquement relevé de ses fonctions. Nous laissons la justice poursuivre son cours. C’est pourquoi nous ne ferons pas d’autre déclaration que celle-ci », a déclaré Mgr Jean-Marc Robillard, vicaire général.

Surprise et déception

Natif de Saint-Joseph-de-Sorel, Daniel Moreau, 56 ans, a répandu la parole de Dieu dans plusieurs paroisses du diocèse de Saint-Hyacinthe, depuis son ordination le 19 mai 1984. Vicaire à Saint-Mathieu de Beloeil dès 1984, puis à Sainte-Maria-Goretti de Beloeil et à McMasterville, il est arrivé à Saint-Hyacinthe en 1991 pour prendre en main les destinées de la paroisse Notre-Dame-du-Très-Saint-Sacrement (fusionnée avec la paroisse Saint-Thomas-d’Aquin depuis 2007). Il a été également curé de la paroisse Saint-Thomas-d’Aquin à l’époque en plus d’être animateur de pastorale à la Polyvalente Hyacinthe-Delorme (PHD) de Saint-Hyacinthe.

Ceux qui l’ont connu à cette époque ont été abasourdis par son arrestation. C’est le cas de Mireille Chilloux, qui a côtoyé Daniel Moreau durant les deux ou trois années pendant lesquelles il s’est impliqué à la PHD. « Une arrestation dans ces circonstances particulières bouleverse et nous bouscule à l’intérieur. Ce fut une surprise totale, car je n’ai jamais rien vu de déplacé de sa part, jamais eu le moindre soupçon et je suis convaincue que tous les gens de la PHD en diraient autant. Il était très engagé et cette nouvelle fut pour moi une surprise totale. Cela nous rappelle que l’être humain est complexe, avec ses forces et aussi ses faiblesses. »Sous le couvert de l’anonymat, un ex-marguillier de la paroisse Notre-Dame-du-Très-Saint-Sacrement qui a autrefois été proche de l’accusé n’a pas caché sa déception.« Aujourd’hui, tout peut arriver, ce n’est pas une nouvelle facile à prendre, a confié l’ex-marguiller. Il a été pincé et semble le regretter profondément. Je ne veux pas le salir ni le blanchir et je ne me gênerais pas pour dénoncer de tels gestes si j’en étais témoin. Laissons simplement l’enquête suivre son cours. »Au fil des ans, Daniel Moreau a également été un membre actif des scouts à Sorel avec l’Organisation mondiale du Mouvement scout, une entité différente de l’Association des Scouts du Canada dont il ne faisait plus partie depuis plus de 30 ans.

Pas une menace

Lors de sa comparution, le juge Claude Provost a déterminé qu’il n’était pas nécessaire de garder Daniel Moreau détenu jusqu’à son procès, considérant qu’il ne représente aucun danger pour la population, même si l’enquête de la SQ n’est pas terminée.

Malgré tout, la preuve est importante selon la description de Me Gilles B. Thibault, procureur de la défense. « Ce sont surtout des téléchargements. Il n’y a pas qu’une ou deux images, mais une quantité assez importante », a-t-il dit aux journalistes à la sortie de la salle d’audience au Palais de justice de Sorel-Tracy.Pour la portion distribution de pornographie juvénile figurant parmi les accusations, il s’agirait de la publication de trois textes sur des sites web.D’ici son retour en cour le 29 avril, l’accusé sera hébergé chez l’une de ses soeurs. À sa sortie du Palais de justice de Sorel-Tracy lundi après-midi, Daniel Moreau a simplement dit regretter profondément les gestes pour lesquels il est accusé.Avec la collaboration de Martin Bourassa

image