30 mai 2013
Québec financera deux études
Le projet de train de banlieue n’est pas mort
Par: Le Courrier
Québec devrait bientôt confirmer l'octroi d'une subvention visant à actualiser l'étude d'achalandage du train de banlieue à Saint-Hyacinthe.

Québec devrait bientôt confirmer l'octroi d'une subvention visant à actualiser l'étude d'achalandage du train de banlieue à Saint-Hyacinthe.

Après avoir octroyé 125 000 $ à l’Agence métropolitaine de transport (AMT), début mai, pour la réalisation d’une étude de faisabilité en vue de l’implantation d’un train de banlieue reliant Saint-Jean-sur-Richelieu à Montréal, voilà que le ministère des Transports serait sur le point d’annoncer une aide financière qui permettra d’actualiser l’étude d’achalandage du projet de train de banlieue à Saint-Hyacinthe.

Publicité
Activer le son

C’est ce qu’a annoncé le président sortant de la Chambre de commerce Les Maskoutains Claude Corbeil lors de l’assemblée générale annuelle tenue mardi. Jusqu’ici, c’est lui qui avait piloté le Comité du train de banlieue.

À Saint-Hyacinthe, la dernière étude d’achalandage a été réalisée en 2006. Elle présentait des résultats peu concluants quant au nombre d’utilisateurs potentiels. « On pense qu’en 2013, les choses ont changé, a dit M. Corbeil. Nous avons près de 4 000 appuis de citoyens et d’entreprises sur notre site web. Le projet a un effet mobilisateur et nous croyons que l’étude de l’AMT pourrait faire avancer le dossier. »Selon M. Corbeil, une annonce officielle est prévue au cours des prochaines semaines à Saint-Hyacinthe. Au bureau du député péquiste de Saint-Hyacinthe, Émilien Pelletier, on confirme que Québec offrira bel et bien un financement pour la réalisation d’une étude concernant le train de banlieue maskoutain. Il a toutefois été impossible de connaître le montant octroyé. Mais quoi qu’il en soit, ce financement tombera à point. « Nous avons besoin d’actualiser l’étude d’achalandage. C’est la prochaine étape pour faire avancer le projet », avait laissé entendre Brigitte Sansoucy, membre du Comité du train de banlieue et conseillère à la Ville de Saint-Hyacinthe, avant même d’être mise au parfum d’une annonce imminente. Mme Sansoucy s’était alors dite surprise par l’annonce du gouvernement de financer une étude de faisabilité pour le projet de Saint-Jean. « J’étais sous l’impression que le projet de Saint-Hyacinthe était plus avancé que celui de Saint-Jean-sur-Richelieu au niveau des appuis. Même plus concrètement, nous avons déjà les rails, ce qui n’est pas le cas pour Saint-Jean », a-t-elle conclu.

image