21 décembre 2017
Exceldor en mode expansion
Le projet d’usine d’abattage de volailles sur la glace
Par: Jean-Luc Lorry
L’usine d’abattage de volailles d’Exceldor située à Saint-Damase compte 250 employés, dont 200 travailleurs syndiqués.  Photo François Larivière | Le Courrier ©

L’usine d’abattage de volailles d’Exceldor située à Saint-Damase compte 250 employés, dont 200 travailleurs syndiqués. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Le projet d’Exceldor de construire une nouvelle usine d’abattage de volailles possiblement à Saint-Hyacinthe « demeure sur la glace » confirme la haute direction de la coopérative avicole, propriété de 260 éleveurs.

« Nous avons identifié un terrain potentiel à Saint-Hyacinthe. En terme d’envergure, nous évaluons les coûts à plus de 125 M$ », indique en entrevue au COURRIER, René Proulx, président-directeur général d’Exceldor.
Le site convoité par Exceldor est situé sur une terre agricole d’une cinquantaine d’hectares longeant l’avenue Pinard à proximité des bretelles d’accès à l’autoroute 20. La Ville est propriétaire du terrain.
Selon le dirigeant d’Exceldor, le conseil d’administration ne peut aller de l’avant dans ce projet de développement majeur tant que la Régie des marchés agricoles et alimentaires n’assure pas à l’entreprise agroalimentaire un maintien des volumes d’approvisionnement garantis.
Actuellement, les Éleveurs de volailles du Québec contestent devant la Régie la position de monopole occupée par Exceldor et son concurrent Olymel dans le domaine de l’abattage.
Fin août, Pierre-Luc Leblanc, président des Éleveurs de volailles du Québec, avait réagi sur le sujet dans nos pages.
« Il y a un abus de pouvoir des abattoirs. Nous voulons davantage de compétition pour pouvoir choisir l’endroit où nous faisons abattre nos volailles. Nous voulons briser les garanties d’approvisionnement dont profitent Olymel et Exceldor », avait indiqué M. Leblanc.
Pour faire pencher la balance de son côté, la direction d’Exceldor est inscrite au registre des lobbyistes du Québec dans le cadre de représentations menées auprès du ministère de l’Agriculture et d’autres instances gouvernementales.
Les audiences devant la Régie ont débuté en janvier 2017 et doivent se terminer en février 2018. « Nous souhaitons le statu quo qui se traduit par le maintien des volumes d’approvisionnement garantis. Nous n’avons aucun contrôle de la date à laquelle une décision sera rendue », précise René Proulx.
Avenir à Saint-Damase
Cette nouvelle usine d’abattage remplacerait celle de Saint-Damase jugée vieillissante.« Cet établissement approche de la fin de sa vie utile », estime M. Proulx.
L’usine de Saint-Damase compte 250 employés, dont 200 travailleurs syndiqués. La production se déroule sur un quart de travail.
Actuellement, la plus importante usine d’abattage d’Exceldor est située à Saint-Anselme. L’établissement regroupe environ 600 employés syndiqués sur deux quarts de travail.
Récemment, Exceldor a aussi annoncé la construction à Beloeil d’un centre de distribution d’une superficie de 135 000 pieds carrés représentant un investissement de l’ordre de 35 M$ (voir autre texte). La construction débutera au printemps. La direction prévoit débuter les opérations au premier trimestre 2019. Ce centre devrait permettre la création de 60 emplois.
Questionnée sur le choix d’établir le centre de distribution à Beloeil plutôt qu’à Saint-Hyacinthe, l’entreprise a fait savoir que l’emplacement stratégique, notamment la proximité avec ses principaux clients, ainsi qu’une excellente visibilité avaient motivé sa décision.

image