18 février 2016
À l’intersection Casavant / Laframboise
Le radar photo en fonction d’ici la fin février
Par: Maxime Prévost Durand
Le radar photo de l’intersection Casavant / Laframboise a été installé dernièrement, mais n’est pas encore en fonction. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Le radar photo de l’intersection Casavant / Laframboise a été installé dernièrement, mais n’est pas encore en fonction. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Un radar photo fixe a fait son arrivée ­dernièrement au feu de circulation de l’intersection des boulevards Casavant et Laframboise, à Saint-Hyacinthe. Bien qu’il ait été installé, l’appareil n’est pas encore en fonction.

Publicité
Activer le son

D’après le ministère des Transports du Québec (MTQ), il sera en service d’ici la fin février. Le radar photo est pour le moment en « rodage » afin de s’assurer qu’il soit bien calibré.

L’appareil surveillera à la fois les ­infractions au feu rouge ainsi que la vitesse des véhicules qui circulent. Il peut capter les véhicules arrivant de toutes les ­directions, a confirmé Sarah Bansadoun, porte-parole du MTQ. Des panneaux ­signifiant sa présence ont été installés près de l’intersection.

Le MTQ avait annoncé en octobre l’ajout de 129 emplacements surveillés par des photos radars, certains fixes et d’autres mobiles. L’implantation du radar photo fixe à Saint-Hyacinthe était d’abord prévue avant la fin de 2015, mais il n’a été installé que dernièrement. « Le déploiement se fait graduellement, a soutenu Mme Bansadoun. Pour l’instant, il n’y a que trois appareils fixes qui sont en fonction, à Laval. »

Un automobiliste qui traverse l’intersection sur un feu rouge, même si elle était jaune lorsqu’il s’est engagé, sera capté et recevra une amende par la poste. Chaque photo prise par le radar est ensuite ­soumise comme preuve à un agent de la paix, qui analysera les données avant qu’un constat d’infraction ne soit envoyé.

Aucun point d’inaptitude ne sera ­retranché sur le permis du conducteur ­fautif puisque la contravention est envoyée au propriétaire du véhicule, qui n’est pas nécessairement le ­conducteur au moment de l’infraction.

image