30 mai 2019
Entre les lignes
Le référendum
Par: Le Courrier

Le référendum sur le regroupement entre le village de Sainte-Marie-Madeleine et la paroisse de Sainte-Marie-Madeleine se déroulera dimanche. Au terme de cet exercice démocratique, nous saurons si les forces vives des deux municipalités marcheront dorénavant main dans la main ou si elles continueront de faire bande à part.

publicité

En cas de refus, cela relèguera sans doute l’idée d’une fusion aux oubliettes. C’est donc maintenant ou peut-être jamais. Personnellement, je n’ai jamais caché ma position Pro-fusion. J’ai trop vu et entendu d’enfantillages et de débats contreproductifs entre ces deux municipalités ces dernières 25 années pour ne pas croire qu’il n’y aurait pas moyen de faire mieux avec un peu de bonne volonté. L’idée de faire disparaître une structure pour inciter tout ce beau monde à travailler ensemble m’apparaît être une idée intéressante, bien davantage qu’une opportunité financière.

Mais ce n’est pas moi qui décide. Laissons donc la démocratie s’exprimer et, peu importe le résultat, il faudra le respecter et apprendre à vivre avec.

J’ai par ailleurs refusé de publier une lettre ouverte contre la fusion dans cette édition. Il ne faut pas y voir de complot. J’aurais pris la même décision si on m’avait soumis une lettre en faveur du regroupement. Conséquent avec mes positions passées à titre de rédacteur en chef, je refuse toutes les lettres ouvertes à saveur politique dans la dernière édition précédant une élection municipale, provinciale ou fédérale. Idem dans le cas des référendums. Des exceptions sont toujours possibles pour les lettres qui incitent principalement à convaincre les gens à exprimer leur droit de vote, mais dans le cas des lettres partisanes, je préfère me montrer plus rigide que pas assez pour des raisons d’équité étant donné qu’il n’y a aucune place pour le droit de réplique à moins d’une semaine d’un scrutin. En ce qui concerne ce référendum, nous avons donné la parole à des opposants annoncés ou présumés, tout comme à des gens convaincus des bienfaits d’une fusion. La bonne nouvelle, c’est qu’il ne semble pas y avoir eu de débordements de part et d’autre, malgré l’émotivité du débat.

Étonnant.

image