2 août 2018
Chevrolet Camaro SS
Le ronron du plaisir
Par: Marc Bouchard
Le ronron du plaisir

Le ronron du plaisir

C’est presque un symbole. La Camaro, sous toutes ses formes, est l’archétype même de la voiture américaine. Imaginez quand elle est en plus une SS 1LE. Elle est imposante, puissante, grogne fort et affiche sans honte son mauvais caractère. D’un autre côté, quand on lui greffe les options du groupe 1LE (qui aident à la tenue de route), vous avez une vraie sportive, peu importe le tracé emprunté, qu’il soit en ligne droite ou ponctué de courbes.

publicité

Ce qui, dans le cas de la Camaro, est un des avantages de la modernité. Car il faut bien l’admettre, les anciennes versions avaient puissance et son, mais on avait un peu négligé la capacité de rouler autrement que sur une piste d’accélération enligne droite.

Le groupe 1LE y est pour beaucoup. Oui, il coûte quelques milliers de dollars de plus, mais il en vaut la peine. L’ensemble est livré avec des roues de 20 pouces, une suspension Magnetic Ride Control, un différentiel à glissement limité électronique, des freins Brembo, un aileron, un système d’échappement bi-mode, des sièges Recaro et un affichage tête haute.

Sous le capot, un moteur V8 au couple abondant, proposant 455 chevaux et 455 livres-pied de couple, jumelé à une boite de vitesse 6 rapports à course courte. La direction est rapide avec une précision et une sensibilité surprenante. Les plus petits gestes se traduisent directement sur la route, et il est facile de placer la voiture. Le châssis est solide, gardant les craquements et les crécelles à distance, et la suspension est bien équilibrée entre la maniabilité et le confort, en particulier la suspension magnétique dans le 1LE. Précisons cependant qu’en mode sport, on ressent de façon plutôt évidente les moindres recoins de la route. Disons simplement que le groupe 1LE n’est pas pour tout le monde.

Il est vrai que la position dans la voiture est un peu basse, voire très très basse. La ligne de ceinture de caisse surélevée rend la visibilité difficile un peu, mais on s’y fait. Il faut simplement accepter de se sentir parfois claustrophobe. Une sensation encore plus accentuée si on prend place dans les sièges arrière.

L’intérieur est également un peu décevant. Ce sont des plastiques durs partout, et il faut faire preuve d’imagination pour finir par trouver les réglages de température et de vitesse de ventilateur. Il m’a fallu trois journées de randonnée pour finir par comprendre que je devais tourner la buse de ventilation elle-même pour l’ajuster! Une fois compris cependant, il me faut bien admettre que sa maîtrise est simple et directe.

Dehors, cette SS 1LE a l’air méchante. Habillée de rouge vif avec un capuchon noir et des roues noires, elle est imposante et séduisante. Mais quand on la regarde sur la route, elle se démarque et affiche clairement sa personnalité.

Sur la route

C’est ici que la Camaro est le plus à l’aise. Dans les rues de la ville, elle se fait remarquer par son ronron régulier et sa couleur criarde. Les amateurs sont faciles à repérer, ils sont ceux qui se retournent et lèvent le pouce à chacun de mes passages.

J’avoue que je me suis même trouvé un petit endroit, un quasi-tunnel long de quelques centaines de mètres presque toujours inoccupé, où je me rends pour faire rouler le moteur à plein régime, uniquement pour savourer l’écho qui rebondit sur les murets de ciment avant de me revenir aux oreilles.

En accélération franche, comme une entrée d’autoroute par exemple, la Camaro s’assied littéralement sur ses roues, propulsant conducteur et passager au fond de leur siège avec un grand sourire. Son abondance de puissance et de couple permet de monter le régime à un haut niveau avant de jouer du levier de transmission, ce qui permet une plus grande maîtrise.

Disons que dans ce domaine, comme le disait un ami, il faut demeurer prudent puisque la Chevrolet Camaro accélère de 0 à « perte de permis » en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Il faut donc savoir se maîtriser et tenter de contrôler sa voiture jusqu’à la piste la plus proche où il sera possible de la pousser dans ses retranchements. Et ne soyez pas inquiets, vous atteindrez probablement vos limites avant celles de la voiture.

image