25 avril 2013
Commission scolaire de Saint-Hyacinthe
Le salaire des cadres amputé de 110 000 $
Par: Jean-Luc Lorry
Caroline Dupré, directrice générale de la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe.

Caroline Dupré, directrice générale de la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe.

Les 28 employés cadres basés au siège social de la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe (CSSH) devront se serrer la ceinture. L’organisme public réduira de 110 000 $ le budget alloué à ces postes d’encadrement.

publicité

Cette mesure fait partie d’un plan de redressement qui sera présenté au conseil des commissaires en vue de son adoption. Dans un contexte de compressions budgétaires imposées par le ministère de l’Éducation, la CSSH vise l’équilibre budgétaire pour 2013-2014.

Dernièrement, la ministre de l’Éducation, Marie Malavoy, a demandé un effort financier supplémentaire de 65,1 M$ aux commissions scolaires. Des coupures budgétaires qui s’ajoutent aux 150 M$ déjà imposés par Québec. « Nous avons regardé avec les directions des différents établissements scolaires comment réussir à hausser nos revenus et à diminuer nos dépenses », indique Caroline Dupré, directrice générale de la CSSH.Les commissions scolaires qui ne réussiront pas à équilibrer leur budget de fonctionnement seront autorisées par la ministre Malavoy à enregistrer un déficit. Une option habituellement interdite par la loi. « Nous avons décidé d’élaborer un plan de redressement local et refusé la possibilité d’être déficitaire. Ceci nous obligerait ensuite à adopter un plan de redressement imposé par le Ministère », mentionne Mme Dupré.À l’instar d’autres commissions scolaires, celle de Saint-Hyacinthe devrait confirmer à la mi-mai l’impact des compressions sur le compte de taxe scolaire des contribuables.Le montant de cette taxe est basé sur un taux de 0,35 $ par 100 $ d’évaluation. La réduction appliquée à ce compte pour en limiter la hausse devrait disparaître.

image